LifeBoire & manger

Kellogg’s promet d’utiliser de l’huile de palme «durable»

Lucie de la Héronnière, mis à jour le 24.02.2014 à 16 h 37

12F163 Sumatran Tiger 013/ Kieran Palmer via Flickr CCLicence By

12F163 Sumatran Tiger 013/ Kieran Palmer via Flickr CCLicence By

En août 2013, Kellogg’s était accusé de menacer les tigres de Sumatra, à cause de sa collaboration avec Wilmar, un fournisseur d’huile de palme lui-même attaqué pour sa participation à la destruction des forêts indonésiennes, et classé comme grande entreprise la moins «verte» du monde par Newsweek. Une pétition (qui a recueilli plus de 150.000 signatures) avait été lancée, des associations environnementales et des groupes de consommateurs s’étaient largement mobilisés.

Suite de l’histoire en février 2014: le géant de l’agroalimentaire a déclaré mi-février dans un communiqué que ses produits ne seront désormais fabriqués qu’avec de l’huile de palme traçable et «durable». D’ici décembre 2015, Kellogg’s demandera à ses fournisseurs qu’ils protègent «les forêts, l’habitat des espèces en danger» comme le tigre de Sumatra et l’orang-outan, mais aussi les droits des communautés.

«Bien que l’huile de palme ne représente qu’un très petit pourcentage de nos ingrédients, en tant qu’entreprise socialement responsable, les inquiétudes sur le production durable d’huile de palme sont clairement dans nos centres d’intérêt», explique au Guardian Celeste Clark, du département développement durable de l’entreprise.

Selon le Guardian, Kellogg’s utilise environ 50.000 tonnes d’huile de palme par an. «Un très petit pourcentage de nos ingrédients», ça dépend dans quelles recettes... Par exemple, dans les céréales Trésor au chocolat, l’«huile végétale» (cette appellation large a de très fortes probabilité de signifier «huile de palme») arrive en troisième position après les farines et le sucre, c’est donc le troisième ingrédient en quantité. Dans les Pringles (une récente acquisition du groupe), l’huile végétale arrive en deuxième. 

Pour le Guardian, Kellogg’s a «cédé à la pression du public». Alors est-ce pour satisfaire ses clients? Pour réellement protéger Tony le tigre? Pour se payer une bonne dose de greenwashing? En tous cas, chez Greenpeace, on semble satisfait. 

«C’est un pas dans la bonne direction. Il faut maintenant mettre en œuvre tout cela. (…) Cela montre que l’industrie de l’huile de palme est en pleine transformation. Maintenant, il faut que d’autres grandes entreprises européennes et américaines suivent», a déclaré au Guardian Pat Venditti, directeur adjoint de la campagne «forêts» chez Greenpeace. Il tweete même qu’«on peut manger des corn flakes en paix. Kellogg’s va acheter seulement de l’huile de palme durable et tracée».

En pratique, Kellogg’s va exiger que tous ses fournisseurs tracent l’huile de palme, adhèrent aux principes de la société contre la déforestation et aux critères RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil, Table ronde pour une huile de palme durable qui réunit industriels, producteurs, négociants, ONG, investisseurs...).

Mais pour certains observateurs, ce label «durable» issus des critères RSPO est très discutable. Adrien Gontier, chimiste et auteur de Vivre sans huile de palme, s’est penché sur la question:

«Il ne faut pas cracher sur la RSPO, qui réunit les acteurs de la filière, mais il ne faut pas l'adouber non plus. Beaucoup d'industriels se cachent derrière ce label "durable", qui n'est pas toujours la panacée. Par exemple, les règles édictées n'empêchent pas la déforestation, puisqu'elles protègent certaines forêts primaires définies comme des zones à hautes valeurs de conservation, mais il reste beaucoup de forêts sacrifiables. Autre fait problématique, certaines compagnies certifient certaines de leurs plantations, et pas d'autres.»

Durable ou pas durable, cette histoire interroge peu le produit lui-même, la présence massive mais discrète de l'huile de palme dans les produits industriels (et ses conséquences sur la santé). Kellogg’s n’est pas encore prêt, comme certaines enseignes, à trouver des graisses alternatives. 

Lucie de la Héronnière
Lucie de la Héronnière (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte