Tech & internetLife

Facebook se paye WhatsApp pour 19 milliards de dollars

Slate.fr, mis à jour le 20.02.2014 à 6 h 04

Le numéro un mondial des réseaux sociaux ne veut pas rater le virage des smartphones.

Mark Zuckerberg au Disrupt SF 2013 à San Francisco - Techcrunch via Flickr CC License by

Mark Zuckerberg au Disrupt SF 2013 à San Francisco - Techcrunch via Flickr CC License by

Facebook qui vient de fêter ses dix ans frappe un grand coup et démontre ses ambitions. Le premier réseau social au monde entend le rester sur le mobile et pour cela a annoncé mercredi 19 février l'achat de l'application de messagerie instantanée pour smartphone WhatsApp pour 19 milliards de dollars. Une nouvelle illustration de la frénésie d'acquisitions dans le numérique et du développement, peut-être, d'une nouvelle bulle.

Car WhatsApp a seulement 55 salariés et l'opération valorise chacun d'entre eux 344 millions de dollars! Elle valorise aussi chacun des 450 millions d'utilisateurs de WhatsApp à 28 dollars.

Sur les 19 milliards que déboursera Facebook, 4 milliards de dollars seront payés en numéraire et 12 milliards en actions Facebook aux actionnaires de WhatsApp. Les 3 derniers milliards de dollars seront versés en actions aux fondateurs et aux salariés de WhatsApp sur une période de quatre ans après la finalisation du rachat.

«WhatsApp a construit un service de messagerie mobile en temps réel qui a une position de leader et qui croît très vite», souligne Facebook dans le communiqué annonçant l'acquisition. Pour justifier son achat et le prix payé, le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg explique que «WhatsApp est en voie de connecter un milliard de personnes. Les services qui atteignent ce niveau ont tous une valeur incroyable». Cela n'a pas empêché l'action Facebook de perdre 4,50% à 65 dollars en fin de soirée mercredi dans les échanges électroniques après la clôture des marchés boursiers américains.

Les faibles revenus de WhatsApp

Car la valorisation de WhatsApp pose évidemment question. C'est une société assez peu implantée et connue aux Etats-Unis et dont les revenus sont relativement faibles. Gratuite pendant un an, l'application coûte ensuite 99 cents par an et a fait depuis son lancement le pari stratégique, contraire à Facebook, de ne pas dépendre de la publicité. Les 7,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires réalisé l'an dernier par Facebook proviennent exclusivement de la publicité.

La décision de Facebook de vouloir être aussi puissant sur le mobile que sur les pc est logique mais le pari économique et financier n'a rien à voir avec l'acquisition d'Instagram pour «seulement» un milliard de dollars en avril 2012. Dans la bataille avec les autres grands du numérique, Google, Apple, Amazon et Microsoft, le «petit» Facebook s'affirme et prend des risques. Il faut dire que Facebook a aujourd'hui 1,2 milliard d'utilisateurs dans le monde et a pour stratégie de tout faire pour ne pas les perdre et de se doter pour cela d'une palette d'applications. WhatsApp doit lui apporter des utilisateurs jeunes de smartphones.

WhatsApp a été fondé en 2009 dans la Silicon Valley par deux anciens employés de Yahoo!, Brian Acton et Jan Koum, la start-up doit son nom à un jeu de mots à partir de l'expression «What's up?» (Quoi de neuf?). Après avoir passé 20 ans «à faire des trucs de geeks chez Yahoo!» selon leurs propres mots, les deux fondateurs de WhatsApp ont voulu créer une alternative via internet aux échanges de messages par SMS et profiter de l'explosion des ventes de smartphones. Le moins qu'on puisse dire est que leur calcul a été judicieux.

WhatsApp compte donc aujourd'hui 450 millions d'utilisateurs mensuels, dont 70% sont actifs quotidiennement. Plus d'un million de personnes ouvrent un compte chaque jour et pas moins de 10 milliards de messages transiteraient chaque jour par ces services. WhatsApp s'est ainsi rapidement imposé comme une alternative aux SMS en permettant d'échanger via les connexions Internet des smartphones des textes mais aussi des images, des vidéos et  desmessages audio. 

Mais pour que le pari de Facebook soit réussi et que le prix payé ne soit pas considéré rapidement comme une absurdité, il faudra que WhatsApp atteigne le milliard d'utilisateurs que lui promet Mark Zuckerberg.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte