« article précédent

article suivant »

Un atlas des grands évènements qui ont mélangé les gènes humains

Capture d'écran de la carte interactive

L'une des applications les plus fascinantes de la génétique concerne ce qu'elle peut nous apprendre de l'histoire de l'Homme, de ses migrations et des mélanges de population permanents qui se sont produits depuis les débuts de l'humanité.  

Des généticiens viennent ainsi pour la première fois de tenter d'identifier et de dater les évènements qui ont entraîné les plus grands mélanges de population de ces 4.000 dernières années à travers l'analyse de l'ADN de 1.490 individus originaires de différentes régions de la planète. Les chercheurs des universités d'Oxford, de UCL à Londres et de l'institut Max-Planck d'anthropologie évolutionniste de Leipzig ont publié leurs résultats dans un article scientifique publié cette semaine dans la revue Science.

«Certains de la centaine d'évènements de mélange majeurs qu'ils décrivent ont des explications historiques plausibles, tandis que beaucoup d'autres restent à expliquer» écrit le New York Times. On peut par exemple attribuer la présence dans le génome de nombreuses populations du sud de la Méditerranée et du Moyen-Orient de segments d'origine africaine apparus entre l'an 650 et 1900 à la traite des esclaves des Arabes. Au contraire, les Druzes, groupe religieux du Moyen-Orient qui interdit l'esclavage et refuse les convertis depuis plus de 1.000 ans, ont beaucoup moins de segments africains dans leur génome.

Simon Myers de l'université d'Oxford donne un autre exemple, rapporté par le Christian Science Monitor:

«Nos avons aussi mis en évidence des mélanges génétiques jamais encore observés. Par exemple, l'ADN du peuple Tu en Chine suggère que des Européens semblables aux Grecs modernes se sont mélangés avec une population chinoise vers 1200. Cette source d'ADN européen pourrait venir de marchands voyageant sur la route de la soie.»

De nombreux chercheurs travaillent depuis de nombreuses années au traçage des origines ethniques et géographiques des populations grâce à la génétique, mais l'équipe à l'origine de cette nouvelle étude a mis au point une technique statistique lui permettant d'attribuer des dates à des évènements de mélange génétique.

Ils ont rassemblé leurs résultats sur une carte interactive qui donne le degré de mélange pour différentes populations. Pour les Français, le site donne comme indication «incertain», ce qui signifie que les «indices de mélange sont soit trop faibles soit trop complexes pour que le modèle puisse les décrire».

0 réaction

« article précédent

article suivant »

LU SUR...
OUTILS
> taille du texte