Égalités / Sports

RMC fait l'apologie de la violence conjugale sur Facebook

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du dessin posté sur la page Facebook de l'émission After Foot sur RMC
Capture d'écran du dessin posté sur la page Facebook de l'émission After Foot sur RMC

Si vous étiez allé sur la page Facebook de l'émission After Foot (RMC) en début d'après-midi ce 14 février, jour de la Saint-Valentin, vous auriez pu voir ça:

Un dessin mis en ligne aux alentours de 13h et supprimé en milieu d'après-midi après que le community manager, qui l'avait posté sans complexe, ajoutant même un cryptique «merci Windnès et ses éléphants», a sans doute réalisé, alerté sur Twitter, qu'il s'agissait là de vignettes sexistes —tirées d'un générateur de meme— faisant l'apologie de la violence conjugale. Elles avaient néamoins eu le temps de récolter plus de 2.000 likes.

Le message suivant a alors été posté autour de 15h30:

On notera que ce message a suscité moins de likes et des remarques indignées de voir le dessin retiré:

Sauf que si, cette image reflète tout de même une certaine ligne de RMC, très souvent mise en cause pour ses remarques nauséabondes, sexistes, ou d'ailleurs homophobes et racistes.

Acrimed, qui a déjà consacré plusieurs articles à l'antenne sportive, rappelait en janvier 2013, que le Conseil supérieur de l’audiovisuel avait mis en demeure la radio pour les «propos injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste tenus à l’antenne sur Nafissatou Diallo, le 21 janvier lors de l’émission "Les Grandes Gueules"».

En décembre 2011, RMC faisait également l'objet d'une «mise en garde pour propos déplacés dans l’émission “Moscato Show“».

Le CSA avait relevé un échange entre les animateurs au sujet «de l’agression sexuelle d’une femme de ménage par certains joueurs de l’équipe nationale de rugby anglaise», échange qui traduisait, selon le Conseil, «une certaine complaisance à l’égard des auteurs présumés du délit, voire incitent les joueurs français à s’en inspirer pour créer un climat de cohésion au sein de l’équipe de France».

Il n'est pourtant pas contradictoire d'être commentateur sportif et tolérant. Les journalistes de RMC pourraient s'inspirer du présentateur de la chaîne texane WFAA Dale Hansen aux Etats-Unis. Qui a fait un éditorial cette semaine dénonçant justement le fait que dans le sport, on tolère mieux les agressions sexuelles que l'homosexualité.

Newsletters

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Pour la gent féminine, s'esclaffer a longtemps été encadré, contrôlé et craint: ce n'est qu'au XXe siècle qu'elles ont pu se permettre de rire à gorge déployée.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio