LifeSmart Cités

Des voitures connectées pour un monde sans accidents

Andréa Fradin, mis à jour le 12.02.2014 à 12 h 16

Capture d'écran du projet "Safety Pilot"

Capture d'écran du projet "Safety Pilot"

Un monde sans accident de voitures: c'est le rêve des chercheurs qui prédisent et travaillent à l'avénement prochain de l'Internet des objets, univers où toute chose (brosse à dent, frigo, feu de signalisation, maison...) sera branchée au réseau.

L'automobile ne fait pas exception et de nombreuses expérimentations ont lieu à travers le monde pour la rendre «plus intelligente» –comprenez par là, plus connectée.

Le site The Atlantic raconte ainsi l'expérience menée pendant 18 mois dans une ville du Michigan, aux Etats-Unis, Ann Arbor:

«Il y a 2.800 véhicules à Ann Arbor qui participent à ce programme intitulé "Safety Pilot". Tous sont équipés d'appareils qui communiquent la vitesse et la position des véhicules. Parmi eux, 400 comportent aussi des systèmes d'alerte [...] avec des caméras pour capter plus d'information –comme la réaction des conducteurs à ces alertes.»

Le journaliste américain rapporte son passage à bord d'un van équipé par l'Institut de recherche sur les transports de l'université du Michigan (UMTRI), dans le but de prévenir le conducteur en cas de risque d'accident. A l'approche d'un virage, une alarme s'enclenche et une flèche s'affiche pour inviter le conducteur à tourner le volant et à ralentir.

Financée par l'équivalent du ministère des Transports américain, cette expérience grandeur nature a pour objectif de mieux comprendre, en les mettant à l'épreuve, les bénéfices des voitures interconnectées. Les données ont été collectées pendant un an, indique le site consacré au programme, à l'aide de conducteurs volontaires.

L'expérience semble déjà concluante puisque The Atlantic souligne que l'administration américaine en charge de la sécurité routière estimerait que ces technologies permettraient une réduction de 80% des accidents –n'impliquant pas de conducteurs en état d'ébriété.

Mais au-delà de la prévention des accidents, certains experts qui «évoquent l'avénement d'un Internet des voitures», poursuit le site américain, «pensent que cela pourrait apporter l'un des plus gros bouleversements dans la manière de nous transporter depuis l'invention de la voiture».

En interconnectant l'ensemble de l'infrastructure routière, c'est toutes ces composantes qui sont susceptibles d'évoluer: le design des véhicules, la circulation, les parkings... Une réalité en marche puisque, comme nous le soulignions sur Slate, des villes comme Toronto utilisent déjà des capteurs pour réguler le trafic et les feux de signalisation

D'autres expériences sont en cours pour rendre les véhicules plus autonomes: Google et sa fameuse voiture sans pilote, ou bien encore ce prototype développé par des chercheurs allemands dont nous nous faisions récemment l'écho, qui vise là encore, à éviter les accidents –cette fois entre véhicules et piétons. Les questions relatives à la fiabilité des technologies et à la sécurité des données qu'elles transmettront, restent posées.

En France, le ministre des Transports Frédéric Cuvillier se montre tout aussi enthousiaste face à ces technologies: il vient d'ailleurs de lancer une initiative dans ce sens. A l'occasion d'une conférence nationale sur les transports du futur organisée ce mardi 11 février, il déclarait ainsi à Direct Matin:

«Je lance pour 2016 une expérimentation d’envergure concernant 3.000 véhicules intelligents sur cinq ou six sites, notamment en Ile-de-France, sur la rocade bordelaise et sur les départementales de l’Isère. Ces voitures rouleront sur plus de 2.000 kilomètres de routes connectées équipées de bornes Wi-Fi.»

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte