Smart CitésLife

Votre téléphone pourrait vous permettre d'éviter d'avoir un accident de voiture

Andréa Fradin, mis à jour le 10.02.2014 à 12 h 49

"Imagine if 2000 bicyclists per day commuted in rush hour by the Central Valley Greenway? " / roland tanglao via FlickR Licence CC by

"Imagine if 2000 bicyclists per day commuted in rush hour by the Central Valley Greenway? " / roland tanglao via FlickR Licence CC by

Truffées de capteurs et toujours plus autonomes, les voitures pourraient bien se voir équipées de dispositifs leur permettant d'éviter de percuter des piétons dans l'avenir. C'est en tout cas l'objectif de chercheurs allemands de l'université technique de Munich (TUM).

Toujours au stade de prototype, ce système nommé Ko-TAG «pourrait alerter le conducteur quand un piéton est sur le point de se trouver sur la trajectoire de la voiture», rapporte Fast Co.Design. Une communication entre le véhicule et l'individu qui s'appuie sur des transpondeurs, de «minuscules» dispositifs capables d'émettre et de recevoir des signaux, peut-on lire sur le site des scientifiques.

Une technologie déjà très utilisée dans l'industrie automobile, note le site français Techno-car, par exemple dans le système de clé sans contact, également susceptible d'être facilement implantée dans des téléphones portables, ou sous «la forme d’une pastille, à glisser dans le cartable d’un écolier par exemple». Et Fast Co.Design d'en détailler le fonctionnement:

«En faisant rebondir les signaux entre le transpondeur porté par un piéton et le capteur de la voiture, Ko-TAG peut calculer à quelle distance se trouve la personne et dans quelle direction elle se déplace, permettant à la voiture de préduire si une collision est ou non probable.» 

Reste la question de la finesse des calculs car, comme le remarque justement Fast Co.Design, «personne ne veut qu'une voiture freine à chaque fois qu'un piéton se tient au bord de la route». Interrogé par le site, Erwin Biebl, un des professeurs allemands, assure que les capteurs prennent également en compte la nature du mouvement (à pied, en vélo...) et que par conséquent, «une personne immobile à un coin de rue n'est pas un problème, puisque la probabilité d'une collision serait très faible».

Si la tendance est à la multiplication des technologies embarquées, à bord des véhicules ou ailleurs, ce mouvement n'est pas sans soulever un grand nombre de questions. En l'espèce, chaque individu pourrait être une nouvelle fois suivi à la trace –bien que ce soit déjà le cas dans les portables, avec la géolocalisation.

De même, la connexion des voitures au réseau pose le problème de leur sécurité: de nombreuses expériences ont démontré qu'il était possible de prendre le contrôle d'un véhicule à distance

D'autres s'interrogent enfin sur l'autonomisation des voitures, via les systèmes d'aides à la conduite, toujours plus nombreux. «La question du rôle du pilote humain, de son attention, des modalités disponibles pour qu’il puisse assurer la supervision du véhicule sont complètement à éclaircir», souligne InternetActu, qui rapporte qu'en 2011, l'administration américaine a demandé «aux compagnies aériennes de limiter l’usage du pilote automatique du fait de l’augmentation des erreurs de pilotages des opérateurs humains, trop habitués à se laisser faire par la machine».

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte