Égalités / Life

Regarder des films romantiques en couple réduit la probabilité de divorce

Temps de lecture : 2 min

Love Story, 1970, Paramount Pictures
Love Story, 1970, Paramount Pictures

Pour réduire le taux de divorce des jeunes mariés, regarder des films romantiques et en discuter est une méthode aussi efficace que les thérapies de couple, en plus amusant et surtout moins cher.

Selon une étude menée par Ronald Rogge, professeur de psychologie à l’Université de Rochester, et Thomas Bradbury, co-directeur de l’Institut des relations à UCLA, le simple fait de discuter avec son partenaire de films d’amour pourrait faire descendre le taux de divorce de 24 à 11% au cours des trois premières années de mariage.

Dans un communiqué publié sur le site de l'Université de Rochester, ont peut lire que «cet exercice d’auto-assistance» pourrait permettre aux couples de régler leurs problèmes conjugaux:

«Il y a vraiment de bons programmes d'intervention conjugale disponibles aujourd'hui, mais la plupart exigent des thérapeutes formés pour les administrer. Si les couples peuvent le faire par eux-mêmes, il devient plus facile de les aider.»

Pour l'étude, 174 couples ont été séparés en trois groupes avec chacun une méthode différente: la gestion des conflits, la formation et l’acceptation et la compassion, et la sensibilisation à la relation à travers les films.

Dans le groupe de gestion des conflits, les couples apprenaient à écouter le partenaire. Dans la deuxième méthode, les couples devaient travailler en équipe, grâce à des exercices et des cours pour atteindre la compassion et l’empathie comme on pourrait le faire avec un ami. Les deux programmes comprenaient des cours hebdomadaires, des sessions pratiques avec un thérapeute et des devoirs à faire à la maison, sur un total de 20 heures.

Dans le troisième groupe, les couples ont seulement participé à un cours de dix minutes sur «l’importance de la reconnaissance du couple et sur la manière dont regarder les couples dans les films pourrait aider les conjoints à faire attention à leur propre comportement, à la fois constructif et destructif ». Puis ils ont regardé Voyage à deux et ont débattu d'une liste de 12 questions sur les relations de couple dans le film.

Les participants sont repartis avec une liste de 47 films, dont Love Story, Nos plus belles années, Qui a peur de Virginia Woolf? et Tendres passions, avec pour mission d'en choisir un à regarder par semaine.

La séance devait être suivie d’une discussion de 45 minutes, où les partenaires devaient répondre à des questions comme «Quels étaient les problèmes principaux du couple?», «L’amitié entre les partenaires est-elle forte?» «En quoi la relation est similaire ou différente de votre propre relation?».

Les trois méthodes ont fonctionné aussi bien les unes que les autres et «les résultats suggèrent que de nombreux couples possèdent déjà des compétences relationnelles, ils ont juste besoin de rappels pour les mettre en pratique».

Ronald Rogue explique ici les résultats de son étude:

Newsletters

La lente conquête médiatique du tabou de la jouissance féminine

La lente conquête médiatique du tabou de la jouissance féminine

Ces deux dernières années, la question des sexualités au féminin a pris une place considérable dans les espaces public et médiatique.

La situation économique des étudiants défavorisés s'est-elle dégradée?

La situation économique des étudiants défavorisés s'est-elle dégradée?

Le recours aux aides familiales est une variable qui fait la différence au sein de la population étudiante.

Elles ont laissé tomber le soutif et leurs seins se portent très bien

Elles ont laissé tomber le soutif et leurs seins se portent très bien

Elles sont de plus en plus nombreuses à se rebeller contre l'injonction de porter un soutien-gorge et à se regrouper au sein du mouvement «No bra».

Newsletters