Égalités / Life

Les lois russes contre la propagande homosexuelle nuisent vraiment aux jeunes LGBT

Temps de lecture : 2 min

NYC Gaypride 2013 / Kasya Shahovskaya via Flickr CC License by
NYC Gaypride 2013 / Kasya Shahovskaya via Flickr CC License by

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que les lois de 2013 sur la propagande homosexuelle en Russie soient suivies d'effets. Voulues pour protéger les enfants, elle mettent en danger les jeunes LGBT à travers le pays, explique un long article publié par Health and Human Rights.

Pour Agnes Callamard, directrice exécutive d'Article 19, «ce bannissement privera les jeunes de l'accès à l'information qui est d'une importance vitale pour leur intégrité physique et mentale».

La Russie était déjà une terre homophobe, mais les lois semblent avoir empiré la situation. Ainsi, seuls 32% des Russes n'expriment pas de jugement négatifs sur les homosexuels, et 4% pensent qu'ils devraient avoir les même droits que les hétérosexuels.

Les lois ont aussi un effet dramatique sur les inégalités d'accès à la santé des jeunes, ce qui est assez prévisible quand la ministre de la Santé, Veronika Skvortsova, déclare que «dans certains cas, l'homosexualité devrait être considérée comme une maladie mentale».

Ainsi, des patients se sont vus reprocher leur séropositivité, conséquence de leur vie de péché, ou refuser des soins. Et même si aucune statistique n'est tenue par le gouvernement, il a été noté une augmentation des suicides, dépressions, abus de drogues... dans cette même population.

Newsletters

Madeleine Pelletier, la première femme psychiatre en France, en 1906

Madeleine Pelletier, la première femme psychiatre en France, en 1906

Rejetant les théories sexistes et racistes de l'anthropologie de l'époque, la militante féministe consacrera sa vie à soigner les pauvres et défendre l'IVG.

Si on éduquait les garçons comme des filles, cela coûterait moins cher à l'État

Si on éduquait les garçons comme des filles, cela coûterait moins cher à l'État

La dimension genrée de la délinquance et de la violence est un impensé dans notre société.

Madam C.J. Walker, la première femme d'affaires noire aux États-Unis et première Afro-Américaine milliardaire, en 1905

Madam C.J. Walker, la première femme d'affaires noire aux États-Unis et première Afro-Américaine milliardaire, en 1905

Blanchisseuse à Denver, elle s'aperçoit que les produits chimiques détériorent sa peau. Lui vient alors une brillante idée.

Newsletters