Égalités / Life

Super Bowl 2004: quand l'Amérique perdait la tête à cause du sein de Janet Jackson

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran, «Janet Jackson Super Bowl Nipple Slip»
Capture d'écran, «Janet Jackson Super Bowl Nipple Slip»

La 48ème édition du Super Bowl (finale du championnat de football américain) aura lieu dimanche 2 février. Le site ESPN revient en détail à cette occasion sur la mi-temps du match de 2004, celle où Janet Jackson exposa son sein devant 71.000 spectateurs. Il y a dix ans, «l’Amérique perdit collectivement la tête», explique le site sportif américain.

ESPN nous rafraichit la mémoire sur ce scandale du «nipplegate», quand Justin Timberlake fit apparaitre un piercing en forme de soleil accroché au téton de Janet Jackson, qui le recouvrit rapidement de sa main. Cela dura trois quarts de seconde, mais il était déjà trop tard. L’incident a provoqué «une hystérie de masse que l’Amérique n’avait pas connue depuis le procès des sorcières de Salem».

Personne dans la production n’était au courant, le mystère plane.

«Du moins c’est l’explication pour laquelle des millions de personnes ont regardé le clip avec la même intensité que celle les théoriciens du complot sur JFK regardent les images de Zapruder».

Pour ESPN, cette 38ème édition du Super Bowl a eu un fort impact sur le paysage audiovisuel américain, à la fois sur la production live mais aussi sur «l’incapacité du gouvernement à réglementer l’indécence dans notre nouvelle démocratie numérique».

Newsletters

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

La femme-objet ne fait pas vendre, elle rend malheureuse

En mettant le corps parfait de Léa Seydoux dans une position lascive entre des draps pour vendre un sac, Nicolas Ghesquière fait comme s'il n'avait jamais entendu parler de «male gaze».

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

La crise sanitaire a exposé les violences conjugales au grand jour

Au cours des confinements et couvre-feux, des femmes victimes et leurs proches ont ouvert les yeux sur leur situation, pendant que les associations et institutions ont mis les bouchées doubles pour leur venir en aide. Il faut continuer à ne rien lâcher.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters