Égalités / Life

Super Bowl 2004: quand l'Amérique perdait la tête à cause du sein de Janet Jackson

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran, «Janet Jackson Super Bowl Nipple Slip»
Capture d'écran, «Janet Jackson Super Bowl Nipple Slip»

La 48ème édition du Super Bowl (finale du championnat de football américain) aura lieu dimanche 2 février. Le site ESPN revient en détail à cette occasion sur la mi-temps du match de 2004, celle où Janet Jackson exposa son sein devant 71.000 spectateurs. Il y a dix ans, «l’Amérique perdit collectivement la tête», explique le site sportif américain.

ESPN nous rafraichit la mémoire sur ce scandale du «nipplegate», quand Justin Timberlake fit apparaitre un piercing en forme de soleil accroché au téton de Janet Jackson, qui le recouvrit rapidement de sa main. Cela dura trois quarts de seconde, mais il était déjà trop tard. L’incident a provoqué «une hystérie de masse que l’Amérique n’avait pas connue depuis le procès des sorcières de Salem».

Personne dans la production n’était au courant, le mystère plane.

«Du moins c’est l’explication pour laquelle des millions de personnes ont regardé le clip avec la même intensité que celle les théoriciens du complot sur JFK regardent les images de Zapruder».

Pour ESPN, cette 38ème édition du Super Bowl a eu un fort impact sur le paysage audiovisuel américain, à la fois sur la production live mais aussi sur «l’incapacité du gouvernement à réglementer l’indécence dans notre nouvelle démocratie numérique».

Newsletters

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Pour la gent féminine, s'esclaffer a longtemps été encadré, contrôlé et craint: ce n'est qu'au XXe siècle qu'elles ont pu se permettre de rire à gorge déployée.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio