Partager cet article

Le fait de croire qu'on a bien dormi améliore nos capacités cognitives

Tiredness after two productive days at OKCon2011/ Daniel Lombrana Gonzalez via Flickr CC Licence by

Tiredness after two productive days at OKCon2011/ Daniel Lombrana Gonzalez via Flickr CC Licence by

Le manque de sommeil a des effets sur notre santé et notre comportement, mais le simple fait d’y penser aussi. Même si la fatigue n’est pas ressentie, le fait de savoir qu’on n’a pas assez dormi suffit à nous rendre moins performant pendant la journée. C’est ce qu’on peut lire dans une étude publiée dans le Journal of Experimental Psychology, «le sommeil placebo affecte les fonctions cognitives», par deux chercheuses du Colorado College, Christina Draganich et Kristi Erdal.

Cette étude s’est fondée sur deux expériences réalisées sur 164 étudiants, explique-t-on sur la publication du Colorado College.

Christina Draganich a fait croire aux participants qu’une nouvelle technique avait été établie pour mesurer la qualité du sommeil. Les participants étaient connectés à des machines mesurant les ondes du cerveau. Certains ont appris grâce à ces faux résultats que leur sommeil profond était au-dessus de la moyenne par rapport aux autres participants et qu’ils étaient donc plus vigilants mentalement.

Selon The Atlantic, les participants ont été briefés sur le sommeil paradoxal ou R.E.M pour Rapid Eye Movement (mouvement oculaire rapide). Ils ont appris que 20% à 25% du temps de sommeil d’un adulte était paradoxal et qu’en dessous de ce taux, la vigilance pendant la journée était moins importante. Les chercheuses ont également précisé aux participants que la qualité du sommeil avait des conséquences très importantes sur les fonctions cognitives.

Quand les chercheuses ont indiqué à certains participants qu’ils avaient eu une bonne nuit de sommeil, alors qu'il n'en était rien, ces derniers avaient de meilleurs résultats à des examens sur la mémoire et sur l’attention que ceux qui avaient été prévenus de leur mauvaise qualité de sommeil, poursuit The Independent.

Les chercheuses qualifient ce mécanisme de «sommeil placebo». Citées par The Independent, elles expliquent:

«Ces résultats soutiennent l'hypothèse que l’état ​​d'esprit peut influencer les états cognitifs à la fois dans une direction positive et négative, ce qui suggère un moyen de contrôler sa santé et son comportement.»

Pour conclure, The Atlantic revient sur un mal d’aujourd’hui:

 «Parler constamment de sa fatigue, comme cela arrive si souvent dans notre culture, pourrait être préjudiciable à sa performance

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte