Life

L'ADN permet de résoudre un des derniers mystères du Titanic, celui de la petite Loraine Allison

Temps de lecture : 2 min

Loraine Allison, avec sa mère Bessie et son petit frère Trevor
Loraine Allison, avec sa mère Bessie et son petit frère Trevor

Un des derniers mystères du Titanic est enfin levé. Une femme, Helen Kramer, qui prétendait être en fait une petite fille ayant survécu au naufrage du Titanic alors que cette dernière avait été déclarée morte, Loraine Allison, était une usurpatrice. Le National Post explique que, plus d'un siècle après la catastrophe, le doute est enfin dissipé grâce à une équipe de titanologistes menée par une médecin légiste de l'université Laurentian d'Ontario, Tracy Oost.

Loraine Allison était une petite fille canadienne âgée de 2 ans au moment de la traversée du Titanic. Elle voyageait avec ses deux parents, Hudson et Bess, son petit frère de sept mois, Trevor, et plusieurs domestiques, dont la nourrice du garçon, Alice Cleaver. Quand le Titanic percuta l'iceberg, Alice Cleaver fut l'une des premières à embarquer dans un canot de sauvetage, avec Trevor, mais sans parvenir à en informer le reste de la famille, qui est restée à bord peut-être justement pour retrouver Trevor. Le corps de Loraine ne fut jamais retrouvé, mais sa disparition lui valut le triste titre de «seul enfant de première et deuxième classes à mourir dans le naufrage», raconte The Telegraph.

Mais, en 1940, dans une émission de radio, rappelle l'Irish Central, Helen Kramer prétendit être Loraine Allison. Elle raconta comment son père l'aurait sauvée en la plaçant dans un canot de sauvetage au côté d'un certain Mr Hyde, qui l'éleva comme sa fille en Angleterre puis aux Etats-Unis. Selon elle, elle n'avait appris la vérité qu'à la mort de Mr Hyde, qui lui aurait également révélé être Thomas Andrew, l'architecte naval du Titanic que l'on tenait aussi pour mort dans la tragédie.

Si certains membres éloignés de la famille Allison crurent à son histoire, les plus proches ne l'acceptèrent jamais et les revendications d'Helen Kramer moururent avec elle en 1992, jusqu'à ce que sa petite fille, Debherrina Woods, les relance à l'occasion du centenaire, en 2012. S'il était établi qu'elle était bien la descendante de Loraine Allison, elle aurait pu hériter d'une bonne partie de la fortune des Allison.

Tracy Oost a alors décidé de monter le projet d'identification de Loraine Allison. La médecin légiste demanda aux deux familles de prendre part à l'analyse d'ADN. Debherrina Woods refusa, raconte le National Post, mais sa demi-soeur (Helen Kramer est aussi sa grand-mère) accepta. Côté Allison, c'est Sally Kirkelie, la petite-nièce de Bess Allison, qui prit part à l'analyse.

Tracy Oost a comparé l'ADN mitochondrial (qui se transmet de la mère à l'enfant) des deux femmes: les deux ADN ne correspondent pas. Helen Kramer n'était donc pas la petite Loraine.

Si un mystère a été résolu, il en fait naître un autre, comme le relève Tracy Oost citée par The Telegraph:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Le seul mystère qui demeure est qui est Helen Kramer?»

Newsletters

Comment mesure-t-on l'indice de la crème solaire?

Comment mesure-t-on l'indice de la crème solaire?

Indice 70, indice 20, indice 5... Qu'est-ce qui fait la différence?

Freud sur le bout de la langue

Freud sur le bout de la langue

Comment les concepts et réflexions du père de la psychanalyse ont imprégné une langue et y sont restés nichés.

La nouvelle tablette de Microsoft pourra-t-elle remplacer votre ordi portable?

La nouvelle tablette de Microsoft pourra-t-elle remplacer votre ordi portable?

Il y a un mois environ, délaissant le petit pour le gros, Microsoft a dévoilé sa Surface Pro 3, soit sa tablette la plus grande et la plus impressionnante de son histoire. Avec un écran de 12 pouces (!) et une fourchette de prix allant de 799€ à...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio