LifeEconomie

Plus on gagne d'argent, plus on en redemande

Alexandra Le Seigneur, mis à jour le 08.01.2014 à 12 h 12

Money/ 41(K)2012 via Flickr CC, Licence by

Money/ 41(K)2012 via Flickr CC, Licence by

Comment devient-on accro à l’argent? Jeffrey Pfeffer, professeur de théorie des organisations à la Stanford Graduate School of Business a travaillé sur le sujet de l’addiction à l’argent et sur les avantages salariaux de plus en plus élevés, indique le site Quartz.

Dans son étude «Quand l’argent rend-il l’argent plus important?», Pfeffer et deux autres chercheurs issus des universités de Toronto et de Renmin en Chine, Sanford E. Devoe et Byron Y. Lee, expliquent pourquoi le montant et la source des revenus affectent l’importance de la place de l’argent dans nos vies.

Cette étude est partie d'une citation de Daniel Vasella, ancien patron de l’entreprise pharmaceutique suisse Novartis AG, qui se confiait à Fortune Magazine en 2002:

«La chose étrange, c'est que, plus je gagnais d'argent, plus j'étais préoccupé par l'argent. Quand tout d'un coup je n'avais plus à penser autant à l'argent, je me retrouvais à y penser encore plus.»

Une citation qui a amené Jeffrey Pfeffer à penser que l'argent, en plus de subvenir aux besoins, est aussi un marqueur fort de la compétence et du mérite.

Pour valider leur hypothèse, les chercheurs se sont basés sur une étude longitudinale, menée entre 1991 et 2009 par la British Household Panel Survey, qui demandait de placer l’importance de l’argent sur une échelle de 1 à 10, où 10 veut dire que l’argent est très important, tout en distinguant la source de l’argent (l’argent gagné en travaillant ou alors grâce à des investissements ou à un ticket de Loto). Le revenu gagné par heure était également une variable dans le sondage. Résultat: plus le revenu gagné par heure est élevé, plus l’argent devenait quelque chose d’important dans la vie d’un individu. Un effet non retrouvé sur l'argent gagné en dehors du travail.

Une autre étude menée sur des étudiants de l’université du Canada a permis de comprendre l’importance de la valeur de l’argent. On a demandé à 71 étudiants de construire le plus d’avions possibles en origami en cinq minutes. Ils recevaient par la suite une somme d’argent de 1 dollar ou 10 dollars. Pour certains, le montant était aléatoire, pour d’autres le montant était proportionnel à la qualité du travail rendu. Pour ceux qui avaient reçu l’argent de manière aléatoire, l’argent restait de l’argent alors que pour ceux qui avaient été «félicités» pour leur travail et avaient reçu 10 dollars, l’argent prenait une toute autre signification et une autre valeur.

Troisième expérience où les variables changent légèrement, certains étudiants étaient prévenus que plus ils construiraient d’avions, plus le montant de l’argent serait élevé quand d’autres étaient avertis que le montant était aléatoire. Ceux qui savaient que l’argent était proportionnel à la qualité du travail, avaient construit beaucoup plus d’avions que les autres.

Conclusion: si l'argent est gagné par notre travail, cela le rend plus important à nos yeux. Quartz reprend les résultats de Jeffrey Pfeffer qui affirme:

«L’argent dans ce cas est un signal de compétence et de mérite, et ceci rend l’argent addictif, parce que plus on en a, plus on en veut

Ceci pourrait expliquer pourquoi les patrons d’entreprises reçoivent des rémunérations si élevées:

«Personne ne veut être payé au-dessous de la moyenne parce que tout le monde pense qu’il est supérieur à cette moyenne.»  

Pour le chercheur, la seule solution pour mettre fin à cette addiction serait de faire ce que l'on fait pour les autres addictions: taxer. «Les entreprises devraient trouver un autre moyen de gratifier les compétences et le mérite de ses employés».

Alexandra Le Seigneur
Alexandra Le Seigneur (74 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte