Science & santéLife

Pas de panique: l'astéroïde 2014 AA a frappé la Terre le 2 janvier

Phil Plait, mis à jour le 03.01.2014 à 10 h 50

Albert Izard et Miriam Lazaro, deux membres de l'association astronomique de Sabadell, s'apprêtent à regarder l'astéroïde 2012 DA14 passer près de la Terre près de Barcelone le 15 février 2013, REUTERS/Gustau Nacarino

Albert Izard et Miriam Lazaro, deux membres de l'association astronomique de Sabadell, s'apprêtent à regarder l'astéroïde 2012 DA14 passer près de la Terre près de Barcelone le 15 février 2013, REUTERS/Gustau Nacarino

Pour seulement la deuxième fois dans l'Histoire, un astéroïde a été découvert avant d'atteindre la Terre. Pas de panique: il était très petit, sans doute quelques mètres de diamètre, et a brûlé de manière inoffensive dans notre atmosphère. Mais après les évènements de l'année passée, il nous rappelle que nous devons garder les yeux ouverts.

L'astéroïde s'appelle (ou plutôt s'appelait) 2014 AA, le tout premier astéroïde découvert cette année. Il a été détecté par le Mount Lemmon Survey grâce à un télescope de 150 centimètres situé sur une montagne en Arizona.

La première image montrant l'astéroïde a été prise le 1er janvier 2014 à environ 6h30 UTC (7h30 heure française). Les télescopes fonctionnent dès que le ciel est dégagé, vacances ou pas.

La roche était peu visible, d'une magnitude de 19; l'étoile la moins lumineuse que l'on peut voir à l'œil nu est 150.000 fois plus brillante! Mais un calcul orbital a montré qu'il était très proche de la Terre, et qu'il se rapprochait.

En fait, comme l'a annoncé le Minor Planet Electronic Circular, «il est presque certain que 2014 AA a atteint l'atmosphère terrestre le 2,2 janvier +/- 0,4», ce qui signifie autour de 5h UTC le 2 janvier (6h heure française). Il a sans doute brûlé au-dessus de l'Atlantique, quelque part entre l'Amérique du Sud et l'Afrique.

A en croire sa luminosité, il faisait sans doute entre deux et quatre mètres de diamètre, soit la taille d'une voiture environ. Les objets aussi petits se désintègrent généralement en entrant dans l'atmosphère de la Terre à grande vitesse, il n'a donc jamais vraiment posé de vrai danger. Il a tourné autour du Soleil sur un itinéraire qui l'a porté de l'extérieur de l'orbite de Mars vers l'intérieur du nôtre.

C'est seulement la deuxième fois dans l'histoire qu'un astéroïde est vu avant de nous atteindre; le premier était 2008 TC3, qui a brûlé au-dessus du Soudan, en Afrique, en 2008. Il avait aussi été découvert un jour avant d'entrer dans l'atmosphère.

D'autres cailloux qui nous ont rasé de près ont été découverts par le passé, et les petits astéroïdes qui nous frappent restent généralement non détectés jusqu'à ce que quelqu'un regarde le ciel et les voie! C'est parce qu'ils sont vraiment petits: cela les rend difficiles à détecter. L'astéroïde de 19 mètres qui a brûlé au-dessus de la Russie l'année dernière n'avait par exemple pas été remarqué avant l'impact.

Il est possible que certains satellites aient observé l'entrée de 2014 AA dans l'atmosphère, et avec un peu de chance, on en aura une ou deux images. Et, bien sûr, cela montre à quel point nous devons prendre les impacts d'astéroïdes au sérieux.

Si 2014 AA n'était pas une menace, il y a un million d'objets plus gros, assez gros pour faire de vrais dégâts en cas d'impact, qui traversent l'orbite de la Terre. Et cela arrivera, un jour ou l'autre.

C'est pourquoi nous devons continuer à scanner le ciel pour localiser et caractériser ces astéroïdes. La Nasa et la fondation B612 travaillent à la mise au point de meilleures méthodes de détection, mais ce n'est que la première étape; nous avons aussi besoin d'un plan d'action au cas où nous en trouvions un qui se dirige vers nous. B612 y travaille, mais nous sommes encore loin d'être capables de mettre en oeuvre un tel plan.

Comme d'habitude, laissez-moi vous rappeler que vous ne devriez pas prendre vos jambes à votre cou de panique; après tout, il s'agit d'évènements rares. Mais si nous ne faisons rien, nous garantissons qu'un gros impact va avoir lieu dans le futur.

Comme tant de problèmes, le coût de la prévention est faible par rapport à celui de ne rien faire. Nous pouvons nous permettre le premier, mais pas le dernier.

Phil Plait

Traduit et adapté par Grégoire Fleurot

Phil Plait
Phil Plait (71 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte