LifeBoire & manger

Un geste pas si compliqué: comment sabrer le champagne

Raphaël Czarny, mis à jour le 31.12.2013 à 17 h 12

Des flûtes de champagne David Singleton via Flickr CC Licence by

Des flûtes de champagne David Singleton via Flickr CC Licence by

Et si on sabrait le champagne? La procédure, qui tire son origine des usages des soldats victorieux, notamment les hussards de la garde napoléonienne, est précise. Comme l’explique ce tutoriel réalisé par le chroniqueur Erik Lombardo, responsable du Maialino de New York et chroniqueur pour le blog Food 52.

Pour permettre un sabrage efficace, il faut d’abord bien choisir sa bouteille. Evitez le Prosecco ou d’autres vins mousseux, rappelle Lombardo, et privilégiez le champagne réalisé selon la méthode traditionnelle ou champenoise, dont la pression est de 4 à 6 bar –2 à 3 fois plus qu’un pneu de voiture. Il faut que la bouteille, inclinée entre 30° et 45°, soit aussi froide que possible. Enlevez la cage de métal qui retient le bouchon, et qui amortirait le choc de la lame; l’accès au goulot doit être direct, car c’est en venant le frapper que le sabre permet de le faire sauter, et avec lui le bouchon et le muselet. Un geste pas si compliqué, parfait sujet pour un gif.

Le sabrage est un art délicat. Un coup trop rapide, et c’est une partie de la bouteille qui part avec son bouchon. Le sommelier québécois Richard Sagala s’est prêté à l’expérience (avec un vrai sabre) pour le journal canadien La Presse.

Pour assister à un sabrage parfait, il faut aller chercher cette vidéo amateur, dans laquelle un sommelier sabre une bouteille sans qu'une goutte ne quitte la bouteille.

Bonne nouvelle pour ceux qui n'ont pas de sabre sous la main: on peut parfaitement sabrer son champagne avec un verre (ou avec un grand couteau de cuisine):


Ouvrir une bouteille de champagne avec un verre - Humour

Profitons-en pour faire une précision, concernant la fréquente hésitation entre le sabrage et le sablage.

Sabler son champagne n’a aucun rapport avec l’ouverture d’une bouteille: le verbe décrit simplement le fait de boire cul-sec son verre –de champagne ou d’un autre alcool. On en trouve la trace dans Jacques le Fataliste, de Denis Diderot:

«Jacques, en chemise et pieds nus, avait sablé deux ou trois rasades sans ponctuation, comme il s'exprimait, c'est-à-dire de la bouteille au verre, du verre à la bouche.»

Aujourd’hui, le terme de sabler s’applique simplement au fait de célébrer un évènement en buvant du champagne.

Autrement dit, on peut très bien sabrer son champagne pour, ensuite, le sabler.

Raphaël Czarny
Raphaël Czarny (49 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte