Tech & internet / Life

Non, Iron Maiden n'a pas utilisé de données de piratage pour faire sa tournée

Temps de lecture : 2 min

Estadio Saprissa Iron Maiden / adels via Flickr CC Licence By

L’histoire était trop belle pour être vraie. Le 20 décembre, le blog CiteWorld publiait un article sur la manière dont le groupe Iron Maiden avait transformé les fans qui téléchargeaient ses oeuvres illégalement en fans qui allaient à ses concerts. Et nous avions nous-même repris l'histoire, nous laissant attraper par ce récit un peu trop extraordinaire.

Selon l’article, le groupe avait fait appel à la société d’analyse de données sur le web Musicmetric. Après avoir analysé la localisation géographique des ordinateurs des pirates qui téléchargeaint ses oeuvres complètes sur le site Bit Torrent, Iron Maiden aurait intensifié ces dernières années ses tournées sud-américaines, où il pouvait compter sur une énorme fan base.

Or comme le note le site Tech Crunch, «c’est une super histoire. Trop bonne, évidemment, pour être vraie». Le dirigeant de la société Musicmetric a depuis fait savoir qu’il n’avait jamais dit ni sous-entendu qu’il travaillait pour Iron Maiden directement. Le site à l’origine de la rumeur, CiteWorld, a lui précisé entretemps qu’il ne pouvait confirmer «si le groupe avait vu ou utilisé» les données citées.

La méprise vient du fait que dans un article du Guardian du 29 novembre sur la holding qui gère les intérêts du groupe, Iron Maiden LLP, le dirigeant de Musicmetric évoquait effectivement des données sur les fans du groupe à partir des téléchargements sur Bit Torrent. Sans qu’il soit question d’un contrat liant les deux protagonistes. La société Musicmetric a bien réalisé une sorte de cartographie des données liées au groupe Iron Maiden, mais son rapport était un regard rétrospectif sur la progression de la holding, classée par le London Stock Exchange parmi les 1.000 entreprises «qui inspirent la Grande Bretagne» [PDF].

La fausse histoire d’Iron Maiden et du Big data a obéi au schéma habituel de propagation du hoax. Ce dernier a d'abord été repris sur des sites de niche, avant d'atteindre une audience massive en étant évoqué par des sites prestigieux comme Rolling Stone et Billboard. Si le premier a rajouté une brève mise à jour depuis, le second a tout simplement supprimé son article. Et donc aussi Slate.

The Verge, autre site à s’être fait prendre et qui a depuis enrichi son article d’origine de trois mises à jour, précise quant à lui qu’«Iron Maiden a tourné à travers le monde et s’est arrêté en Amérique du Sud depuis des décennies, et [qu'] il n’y a pas d’indication selon laquelle le groupe utilisera le trafic de BitTorrent pour déterminer le parcours de ses futures tournées».

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Slate publie les bonnes feuilles de «L'amour sous algorithme», de Judith Duportail.

Newsletters