Lu, Vu & EntenduLife

La meilleure technique pour que le passager devant vous ne baisse pas son siège en avion

Slate.fr, mis à jour le 26.12.2013 à 10 h 42

La classe économique d'un Boeing 787 Dreamliner de Qatar Airways à l'aéroport d'Heathrow le 13 décembre 2012, REUTERS/Andrew Winning

La classe économique d'un Boeing 787 Dreamliner de Qatar Airways à l'aéroport d'Heathrow le 13 décembre 2012, REUTERS/Andrew Winning

Alors que les compagnies aériennes trouvent sans arrêt de nouvelles idées pour entasser un peu plus les passagers dans les appareils, la tension entre ces derniers n'a jamais été aussi grande, rapporte The New York Times dans un article consacré aux «sardines» que nous sommes quand  nous prenons l'avion.

Tous ceux qui volent régulièrement en classe économique le savent: les passagers y ont de moins en moins de place. Même Jean-Luc Mélenchon ne voyage plus qu'en classe affaires à cause du manque d'espace. De nombreuses compagnies aériennes ont récemment rajouté un siège de plus aux rangées de leurs avions gros porteurs, rétrécissant la largeur des sièges pour revenir à ce qu'elle était aux débuts de l'aviation commerciale.

L'espace entre les rangées, c'est-à-dire là où vous essayez de caser vos genoux, a baissé de 10% au cours des deux dernières décennies, passant de 86 centimètres à entre 76 et 81 centimètres aujourd'hui, et descendant même parfois à 71 centimètres, rapporte The New York Times.

Pour gagner quelques centimètres, les compagnies se tournent vers une nouvelle génération de sièges fabriqués avec des matériaux plus légers, moins de rembourrage ou encore une poche de magazine qui se trouve désormais au-dessus de la tablette, alors même que la taille et le poids moyen de la population ne cesse d'augmenter.

Face à ce manque d'espace, les passagers développent leurs propres techniques pour maintenir un espace vital, avec un domaine d'affrontement privilégié: l'inclinaison des sièges. Quand demander gentiment à la personne devant soi de redresser son siège ne fonctionne pas, la tension peut vite monter sur un vol long-courrier.

Certains donnent des coups avec les genoux en espérant que le passager de devant abandonne la partie et se décide à redresser son siège, tandis que d'autres ont une technique encore plus sophistiquée, quoiqu'un peu extrême: acheter des «protège-genoux», des petits dispositifs qui empêchent le passager devant vous d'incliner son siège.

Si ces deux solutions feront presque assurément monter le niveau de tension en cabine de quelques crans, un voyageur fréquent interrogé par The New York Times a peut-être trouvé la solution la plus pacifique pour résoudre les conflits territoriaux:

«Je me penche, leur tape sur l'épaule et dis "Je vous paie un verre si vous n'inclinez pas votre siège." Ca a rendu les vols très agréables.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte