EconomieLife

Comment transformer 1.000 dollars en 264 milliards grâce à la Bourse?

Alice Bru, mis à jour le 20.12.2013 à 17 h 51

Un trader à la Bourse de Frankfort, le 29 septembre 2011. REUTERS/Remote/Pawel Kopczynski

Un trader à la Bourse de Frankfort, le 29 septembre 2011. REUTERS/Remote/Pawel Kopczynski

Se lancer dans le trading avec 1.000 dollars (733 euros aujourd'hui) en poche le 1er janvier 2013, être le plus riche de la Terre en novembre, possible ou non? David Yanofsky, de Quartz, s'est posé la question. Dans un article publié le 16 décembre 2013, il imagine le trader le plus chanceux et talentueux qui ait jamais été.

Notre trader, donc, se lance dans la finance avec 1.000 dollars le 1er janvier 2013. Tous les matins, elle (David Yanofsky a choisi une opératrice de marché) investit la totalité de son portefeuille dans la société du S&P 500 qui aura la meilleure performance du jour, et revend toutes ses actions le soir-même.

A ce rythme, elle aura gagné 53.200 dollars, soit le revenu annuel médian américain, le 4 mars. Le 23 avril, elle devient millionnaire en investissant dans Netflix. Une semaine plus tard, elle est deux fois millionnaire (investissement dans Regeneron Pharmaceutical qui gagna 10,3% le 1er mai). Elle gagne son premier milliard en août, passe la barre des dix puis des cent milliards en octobre. En novembre, sa fortune est la plus importante du monde, pour atteindre 264 milliards de dollars en décembre.

Cependant, tout n'est pas si simple. Yanofsky n'a pas tenu compte de certaines données pour son enquête: il a considéré la chose sans taxe de marché ou variation dans l'effectif des 500 compagnies qui composent l'indice et supposé que toutes les compagnies acceptaient le fractionnement d'actions.

Un obstacle bassement matériel peut aussi contredire les plans de notre trader à la conquête du monde. Comme l'explique Yanofsky dans son article, «dans de nombreux cas, investir une telle somme est impossible; dans d'autres, il n'y aurait pas assez à acheter».

The Week a publié un article démontrant point par point pourquoi est-ce qu'une pareille épopée est simplement impossible. Elle tient en deux expressions: «lois du marché» et «fonctionnement de la Bourse».

Une enquête de Barber & Odean menée à Taipeï en 2004 a prouvé que le day trading, le fait d'acheter le matin pour revendre le soir –précisément le mode opératoire de notre trader– fait perdre de l'argent dans 80% des cas. La voie est donc étroite, surtout en réitérant la manœuvre 241 jours par an. La loi de l'offre et de la demande a aussi son mot à dire dans les transactions. Acheter toutes les actions d'une entreprise d'un seul coup en ferait mécaniquement augmenter les prix... l'affaire ne serait plus si bonne.

Enfin, la bourse fonctionne d'une façon particulièrement complexe. Pour reprendre l'expression de John Aziz, journaliste de The Week, «imaginez un concours de beauté, où les juges élisent le plus joli visage. Acheter des action est comme un concours de beauté où les juges choisissent non pas le visage qu'ils pensent être le plus joli, mais le visage dont ils pensent que les autres juges trouveront le plus joli, mais dans le futur». Le choix de l'action devient d'une complexité folle. Pour faire face à cela, des hedge fund se dotent de calculateurs pour vendre et acheter, en moins d'un millionième de seconde, en se fondant entre autres sur l'activité des entreprises sur les réseaux sociaux. Notre trader, qui n'a pour elle que son cerveau et sa chance, fait face à une sérieuse concurrence.

Et quand bien même elle serait chanceuse, ce tour de force, ne pas perdre un seul dollar en un an de day trading, a une chance sur 3,53 duodécillion d'arriver. C'est-à-dire une chance sur 3,53 x 10 puissance 72. Autant construire une machine à remonter le temps et se faufiler dans un vide juridique concernant le délit d'initié.

Alice Bru
Alice Bru (69 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte