Sciences / Life

Le silence qui rend fou

Temps de lecture : 2 min

La chambre anéchoïque du laboratoire Ortfield / © Steven Ortfield
La chambre anéchoïque du laboratoire Ortfield / © Steven Ortfield

Besoin de calme, de silence, de paix? Envie de vous exiler dans l'endroit le plus silencieux de la terre?

Méfiez-vous de ce souhait, il pourrait bien vous rendre fou, prévient le Smithsonian Magazine.

Le site attire notre attention sur la chambre anéchoïque du laboratoire Orfield à Minneapolis, un endroit qui détient depuis 2004 le record du monde de l'endroit le plus silencieux du monde: -9,4 décibels. A l'oreille humaine, l'endroit est donc parfaitement silencieux.

Tous les murs de la pièce sont recouverts de gros coins de fibre de verre d'un mètre de long, disposés perpendiculairement les uns aux autres. Ces coins empêchent un son émis dans la chambre de se répercuter. Les murs extérieurs sont aussi parfaitement isolés, composés de béton et d'acier, expliquait en 2012 la BBC. Pour parfaire l'isolation, le sol est couvert du même revêtement, et un filet est tendu au dessus pour circuler. Pendant l'usage, la pièce est aussi plongée dans la pénombre: les ampoules, bruyantes, perturberaient l'expérience.

Steven Orfield, le fondateur du laboratoire, racontait en 2012 les effets de sa chambre anéchoïque au Daily Mail:

«Nous défions les gens de s'y asseoir dans le noir – une fois, quelqu'un y est resté 45 minutes. Dans le silence, les oreilles s'adaptent. Plus la chambre est silencieuse, plus vous entendrez de choses. Vous entendrez battre votre cœur, parfois vous pourrez entendre vos poumons, votre estomac gargouillant bruyamment. Dans une chambre anéchoïque, vous devenez le son [...] On s'oriente avec les sons que l'on entend. Dans la chambre anéchoïque, vous n'avez plus un seul indice pour vous équilibrer et vous mouvoir. Si vous y restez pour une demi-heure, vous avez besoin d'une chaise.»

Mais cette pièce n'a pas pour vocation première de traumatiser les gens, précise le MinnesotaDaily. Son utilisation reste l'étude du bruit. Téléphones portables, casques audio, mais aussi portières de voitures, valves cardiaques... Harley-Davidson a utilisé une chambre sourde pour diminuer la puissance sonore de ses motos sans en altérer le son si caractéristique, et Whirlpool y fait tourner ses machines à laver pour s'assurer que leur bruit plaira aux consommateurs. La NASA a elle l'usage de ses propres chambres anéchoïques pour tester la réaction des astronautes au stress induit par l'absence totale de bruit, qui peut provoquer des hallucinations.

Alice Bru

Newsletters

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Savoir rouler sa langue, un des principaux mythes sur la génétique

Il pourrait y avoir des points communs avec la capacité de faire bouger ses oreilles.

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

«First Man»: la fiction à l’épreuve des faits

Nous avons mené l’enquête.

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Les Rice Krispies pourraient aider à comprendre les glaciers

Des scientifiques australiens étudient les effondrements de milieux poreux en versant du lait sur des céréales.

Newsletters