Partager cet article

Voici peut-être le fonctionnaire le plus inactif au monde. Et il est Américain

Holiday Inn Resort, Baruna, Bali / eGuide Travel via Flickr CC Lisence By

Holiday Inn Resort, Baruna, Bali / eGuide Travel via Flickr CC Lisence By

Expert en changement climatique, employé le mieux payé de l’Agence américaine de protection de l’environnement, l’EPA, John C. Beale risque au minimum 30 mois de prison. Son crime? Avoir fait semblant de travailler alors qu’il faisait du vélo, lisait des livres ou passait des vacances dans sa maison de Cape Cod pendant des années.

En septembre 2013, explique NBC, Beale a plaidé coupable d’avoir détourné 900.000 dollars (653.000 euros) depuis 2000 au gouvernement des Etats-Unis. Son salaire et ses bonus atteignaient un montant de 206.000 dollars (150.000 euros) par an. Beale a escroqué l’Etat principalement en ne se montrant pas au travail. En juin 2011, il a entamé une période de 18 mois pendant laquelle il n’a absolument rien fait, reconnaît même son avocat. Des hauts fonctionnaires parlent «d’une des fraudes fédérales les plus audacieuses et créatives» qu’ils aient traitée.

Pour justifier ses absences, celui que Slate.com surnomme «le fonctionnaire le plus paresseux au monde» affirmait qu’il était en mission pour la CIA, au quartier général de l’agence ou à l’étranger. En décembre 2010, il a même envoyé un mail expliquant qu’il était parti d’urgence au Pakistan parce que les talibans torturaient son remplaçant à la CIA…

Beale voyageait aux frais de l’Etat, à Londres où il a laissé des factures de limousines, taxis et hôtels cinq étoiles ou en Californie, où il s’est rendu cinq fois pour raisons personnelles pour un montant de 57.000 dollars (41.000 euros) facturés à son agence.

Mais ce qui peut paraître encore plus grave, c’est que cet expert du changement climatique a fait dans le cadre de ces fraudes 33 voyages, prenant à chaque fois de multiples vols, dans 70% des cas en première classe selon un rapport de l’EPA. Le montant de ces voyages s’élève à 266.000 dollars (193.000 euros) de 2003 à 2011. Selon ce même rapport, l’accusé, qui a plaidé coupable, a déjà accepté de rembourser la somme détournée.

Le procureur a écrit qu'au-delà de son avidité, Beale avait agi ainsi dans le cadre «d'un besoin autodestructeur et dysfonctionnel d'adopter des comportements excessivement imprudents et risqués».

Le jugement sera rendu mercredi 18 décembre 2013.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte