Tech & internetCulture

Quelles langues survivront sur Internet?

Joshua Keating, mis à jour le 12.12.2013 à 16 h 27

Wikipedia/Giulia Forsythe via Flickr CC License By

Wikipedia/Giulia Forsythe via Flickr CC License By

Nous savons que nous sommes en ce moment dans une période d’extinction linguistique massive. Une des langues du monde cesse d’être utilisée environ toutes les deux semaines, et près de la moitié de celles qui subsistent sont en danger d’extinction ce siècle-ci.

Mais Andras Kornai de l’Académie des sciences hongroise estime que ces chiffres sont en dessous de la réalité parce qu’ils ne prennent pas en compte le fait que très peu des langues de la planète développent une présence en ligne.

Techniquement, une langue ne «meurt» que quand son dernier locuteur meurt, mais ce décès est généralement précédé d'un certain nombre de facteurs, comme la disparition de la langue dans le secteur du commerce ou de la politique, sa perte de prestige auprès d’une population en particulier, ou le fait que les jeunes perdent leurs compétences dans cette langue.

Andras Kornai pense que si une langue n’est pas utilisée en ligne –son rapport utilise le terme étrangement religieux d’«ascension numérique»–, cela accélèrera tous ces facteurs.

Par exemple, il existe des Wikipedias actifs pour 287 langues, mais des propositions pour presque deux fois plus de langues. Comme l’écrit le chercheur, «le besoin de créer un Wikipedia est assez largement ressenti dans toutes les langues en ascension numérique». La plupart d’entre eux n’iront pas plus loin parce que, au-delà des activistes et des fans, il n’y existe tout simplement pas un intérêt suffisant pour maintenir un Wikipedia.

Certains groupes linguistiques ont clairement reconnu l’importance d’une présence numérique. Le catalan est parlé par moins de 10 millions de personnes, mais son Wikipedia est le 15e plus important au monde, avec environ 1.600 éditeurs actifs. «Viquipèdia» est vu par ses défenseurs comme un projet nationaliste pour assurer une survie culturelle.

D’autres langues ne s’en sont pas aussi bien sorties en ligne. Le piémontais, par exemple, est toujours parlé par 2 à 3 millions de gens dans le nord de l’Italie, mais sans présence numérique significative, son avenir est en question, malgré les efforts des autorités locales pour le préserver.

En tout, l’étude d’Andras Kornai sur les langues en ligne estime que 5% –au maximum– des 7.000 langues actives dans le monde réussiront leur ascension numérique.

On peut se demander à quel point c’est une tragédie: même si nous perdons une partie de notre identité locale, plus de gens que jamais dans le monde sont désormais capable de communiquer les uns avec les autres. Nous sommes cependant à ce qui s’approche d’un tournant-clé dans l’histoire de la culture.

Joshua Keating

Traduit par C.D.

Joshua Keating
Joshua Keating (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte