Tech & internet / Life

Bientôt un bouton «Je compatis» sur Facebook? Sans doute pas

Temps de lecture : 2 min

Facebook Like-Brownie / andreasivarsson via Flickr CC Licence By
Facebook Like-Brownie / andreasivarsson via Flickr CC Licence By

Facebook l’a affirmé au début de l’année 2013: il n’y aura pas de bouton «Je n’aime pas» sur le réseau social, a rappelé Bob Baldwin, un ingénieur de Facebook, qui s’exprimait sur le site Reddit.

En revanche, le Huffington Post écrit que la firme a expérimenté l’idée d’un bouton «sympathize», soit «Je compatis», qui serait utile lorsqu’un membre annonce sur le réseau un décès, un accident ou le prolongement de sa période de dépression, ou quand un média partage une nouvelle dramatique, comme un tremblement de terre meurtrier.

C’est lors d’un «hackaton», événement qui permet aux ingénieurs de Facebook de tester des idées nouvelles, que la proposition a fait son chemin. Si l’utilisateur choisit dans la liste d’émotions prévues par Facebook de partager sa tristesse, sa fatigue, son énervement ou sa confusion, le bouton «J’aime» se transformerait alors automatiquement en «Je compatis».

Comme le HuffPo prend soin de le préciser, ce n’est pas parce que l’idée a été évoquée lors d’une de ces réunions qu’elle a une chance quelconque d’aboutir, les hackatons permettant surtout à Facebook d’explorer des idées «out of the box». Cela étant dit, certains services essentiels de Facebook, comme la messagerie instantanée plus communément appelé «le chat», est une option qui a émergé lors d’un hackaton.

Il est donc peu probable que le «Like» soit un jour concurrencé par d’autres boutons dans un avenir proche. En avril 2010, Slate écrivait que Mark Zuckerberg avait annoncé la mise en place prochaine de ce petit bouton d’apparence inoffensive mais qui risquait bien de changer la manière dont les gens utilisent Internet et partagent des contenus.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Depuis, le bouton est devenu tellement omniprésent sur les contenus web que «ce que vous “likez” sur Facebook révèle votre personnalité», puisque des chercheurs s’amusent désormais à deviner vos opinions politiques, vos croyances religieuses ou votre orientation sexuelle avec un taux de réussite supérieur à 80%, seulement à partir de l’utilisation que vous faites du bouton.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio