Santé / Life

Les pères aussi ont leur rôle à jouer pour faire des bébés en bonne santé

Temps de lecture : 2 min

-11 / J.K. Califf Flicker via CC license by
-11 / J.K. Califf Flicker via CC license by

«Hommes et femmes contribuent de façon égale à la reproduction.» Voilà ce que l'on peut lire dans un article publié par le journal Gender and Society sur la façon dont le rôle des hommes dans la fabrication des bébés a été culturellement diminué.

C'est une phrase douloureusement évidente, qui pourtant supporte encore la répétition, tant nous sommes obsédés par la santé et le comportement des femmes avant la conception et pendant la grossesse. Par exemple, l'article le plus partagé du site du New York Times au moment où je tape ces lignes traite de comment l'alimentation des femmes peut affecter le bébé qu'elles portent. Alors qu'on mentionne à peine comment les comportements masculins peuvent affecter la qualité du sperme.

L'étude, intitulée «Plus ou moins plutôt qu'égaux: comment les hommes influent sur l'équation reproductive», constate que depuis 2004 le Centre pour le contrôle des maladies et la prévention (CDC) a recommandé aux personnes des deux sexes qui envisagent d'avoir un enfant de surveiller leur santé de plus près –mais en pratique, cette recommandation est généralement adressée aux seules femmes, qui se voient maintenant conseillées d'envisager leur grossesse sur douze mois. Cela signifie ne plus boire d'alcool et prendre des vitamines prénatales avant même d'avoir conçu.

Une étude encore récente a démontré que le comportement des hommes avant la conception a un impact. D'après le CDC, le tabac et la consommation excessive d'alcool peuvent endommager l'ADN des spermatozoïdes, et on commence à peine à comprendre comment l'âge du père peut affecter sa progéniture. La seule situation où la santé pré-conceptionnelle des hommes est examinée, pointent les auteurs, est en cas de don à une banque de sperme, où la semence masculine est scrutée comme nulle part ailleurs.

Les auteurs de l'étude, Rene Almeling (Yale) et Miranda Waggoner (Princeton), arguent que l'hyper-attention portée au corps des femmes avant et pendant la reproduction a mené à un manque de recherches sur la contribution masculine à la conception. Il devrait y avoir plus de recherches sur le comportement des hommes avant la conception, mais sur un plan plus individuel, les médecins devraient demander à leurs patients masculins s'ils envisagent d'avoir des enfants, de la même façon qu'on le demande aux femmes lors de leur visite annuelle chez le gynécologue. Au niveau des polices d'assurance, Almeling et Waggoner suggère que la loi sur l'assurance maladie puisse rembourser des visites pré-conception aux hommes, comme cela se fait actuellement pour les femmes.

Il y a beaucoup de choses qu'on ignore concernant l'épigénétique des hommes et des femmes et je ne suggère certainement pas qu'on accable les hommes de l'obsession du comportement adéquat qu'on a malheureusement à l'endroit des femmes. Je pense que beaucoup d'hommes peuvent appliquer et même apprécier ce conseil. Après tout, les papas aussi veulent des bébés en bonne santé.

Jessica Grose

Traduit par Alice Bru

Newsletters

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

L'IA a son rôle à jouer en matière de gestion sanitaire. Mais tous les gouvernements n'ont pas les mêmes sensibilités sur la question.

Pollution de l'air: les enfants de demain risquent d'être moins bons en sport

Pollution de l'air: les enfants de demain risquent d'être moins bons en sport

Une étude britannique lie pollution de l'air et retard de croissance des poumons.

Orthorexiques cherchent traitement désespérément

Orthorexiques cherchent traitement désespérément

Mal connue, l'obsession du «manger sain» n'est pas répertoriée parmi les maladies mentales. Faute de diagnostic, la souffrance des patient·es n'est pas toujours identifiée.

Newsletters