Égalités / Life

Pour sa rédactrice en chef, Cosmo est un magazine «profondément féministe»

Temps de lecture : 2 min

Pilule contraceptive. REUTERS/Eric Gaillard
Pilule contraceptive. REUTERS/Eric Gaillard

Féministe n'est pas le premier adjectif qui vient à l'esprit quand il s'agit de parler du magazine féminin Cosmopolitan. Et pourtant, sa nouvelle rédactrice en chef, Johanna Cole, a déclaré le 2 décembre au site Capital New York que Cosmo était un magazine «profondément féministe», en ajoutant que Cosmo faisait plus pour la cause des femmes que «les universitaires de gauche».

Se déclarant ouvertement pour l'égalité salariale (qu'elle qualifie de «mainstream») et le droit des femmes à disposer de leur corps, Johanna Cole a fait remonter le niveau de Cosmo, d'après The Wire. Depuis sa prise de fonction l'an dernier, elle s'est rendue à quatre reprises à Washington rencontrer des politiciens progressistes. Son magazine garde malgré tout une sacrée réputation de «x façons de plaire à votre mec avec cet accessoire de maitresse de maison», on parle même de «shit magazine» à Oxford (où l'on doit pourtant trouver quelques universitaires de gauche).

Toujours est-il que Johanna Cole donne de l'importance aux questions de santé féminine. Un récent numéro de Cosmo consacrait douze pages aux différentes contraceptions existantes, parce que «le moment où vous avez des enfants est le choix affectant votre vie le plus important», a-t-elle déclaré au Washigton Post qui publiait son portrait en octobre dernier. Pour The Wire, qui a manifestement tout compris à cette problématique du contrôle des naissances, «c'est probablement vrai –si vous êtes une femme issue de la classe moyenne supérieure et que vous êtes allées à l'université. Beaucoup de femmes ont plus important à décider que le moment où elles auront des enfants».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Alors, Cosmo, féministe? Sûrement un peu, mais certainement pas profondément. Le magazine s'attache certes à des questions importantes de l'égalité femmes-hommes, mais ne mentionne pas les questions d'intersection des discriminations dont les femmes peuvent être victimes selon divers critères: religion, orientation sexuelle, couleur de peau... Se prononçant également en faveur d'un contrôle de la circulation des armes à feux aux USA, Cosmopolitan a donc, plutôt qu'un point de vue féministe, des idées modernes mais trop consensuelles pour se réclamer d'un «féminisme profond».

Newsletters

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio