Égalités / Life

Pour sa rédactrice en chef, Cosmo est un magazine «profondément féministe»

Temps de lecture : 2 min

Pilule contraceptive. REUTERS/Eric Gaillard
Pilule contraceptive. REUTERS/Eric Gaillard

Féministe n'est pas le premier adjectif qui vient à l'esprit quand il s'agit de parler du magazine féminin Cosmopolitan. Et pourtant, sa nouvelle rédactrice en chef, Johanna Cole, a déclaré le 2 décembre au site Capital New York que Cosmo était un magazine «profondément féministe», en ajoutant que Cosmo faisait plus pour la cause des femmes que «les universitaires de gauche».

Se déclarant ouvertement pour l'égalité salariale (qu'elle qualifie de «mainstream») et le droit des femmes à disposer de leur corps, Johanna Cole a fait remonter le niveau de Cosmo, d'après The Wire. Depuis sa prise de fonction l'an dernier, elle s'est rendue à quatre reprises à Washington rencontrer des politiciens progressistes. Son magazine garde malgré tout une sacrée réputation de «x façons de plaire à votre mec avec cet accessoire de maitresse de maison», on parle même de «shit magazine» à Oxford (où l'on doit pourtant trouver quelques universitaires de gauche).

Toujours est-il que Johanna Cole donne de l'importance aux questions de santé féminine. Un récent numéro de Cosmo consacrait douze pages aux différentes contraceptions existantes, parce que «le moment où vous avez des enfants est le choix affectant votre vie le plus important», a-t-elle déclaré au Washigton Post qui publiait son portrait en octobre dernier. Pour The Wire, qui a manifestement tout compris à cette problématique du contrôle des naissances, «c'est probablement vrai –si vous êtes une femme issue de la classe moyenne supérieure et que vous êtes allées à l'université. Beaucoup de femmes ont plus important à décider que le moment où elles auront des enfants».

Alors, Cosmo, féministe? Sûrement un peu, mais certainement pas profondément. Le magazine s'attache certes à des questions importantes de l'égalité femmes-hommes, mais ne mentionne pas les questions d'intersection des discriminations dont les femmes peuvent être victimes selon divers critères: religion, orientation sexuelle, couleur de peau... Se prononçant également en faveur d'un contrôle de la circulation des armes à feux aux USA, Cosmopolitan a donc, plutôt qu'un point de vue féministe, des idées modernes mais trop consensuelles pour se réclamer d'un «féminisme profond».

Newsletters

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

Newsletters