Science & santéLife

La comète Ison réapparaît de l'autre coté du Soleil!

Michel Alberganti, mis à jour le 30.11.2013 à 11 h 09

Les astronomes la croyait désintégrée par les vents solaires et la chaleur. Mais la voilà, bien là, étonnante survivante à sa rencontre avec notre étoile.

Les nouvelles images fournies par la Nasa montrent la comète Ison située de l'autre coté du Soleil. Source: ESA/Nasa/Soho/Gfscart

Les nouvelles images fournies par la Nasa montrent la comète Ison située de l'autre coté du Soleil. Source: ESA/Nasa/Soho/Gfscart

Incroyable rebondissement dans l'affaire Ison... Alors que l'ensemble de la communauté des astronomes, tout comme celle des passionnés qui suivent la comète depuis un an, faisait son deuil après la soirée du 28 novembre 2013, voilà que l'objet céleste qui a rencontré le Soleil pendant le Thanksgiving américain réapparaît. 

Il semble que son apparente disparition soit liée aux fortes variations de luminosité de la comète, une propriété que les observateurs avaient déjà notée auparavant. Par moments, la comète devient moins brillante et il semble que cela se soit produit à son approche du Soleil. D'où sa disparition des écrans du télescope spatial Soho qui orbite autour du Soleil. 


A droite, la comète Ison lors de son approche su Soleil. A gauche, une trace beaucoup moins lumineuse, sur la gauche et allant vers le haut, serait celle d'Ison après son passage derrière notre étoile. Souce: ESA/Sava/Soho/Jelioviewer

Il faut dire que l'observation devenait difficile en raison de la luminosité du Soleil lui-même. Ce qui est étonnant, c'est que les astronomes ont tout de même annoncé la très probable désintégration d'Ison dans ces conditions.

Serait-ce dû à la forte déception de ne pas pouvoir la suivre jusqu'au bout? Tout s'est passé comme si le scénario établi par la Nasa, un peu à la sauce hollywoodienne, ne s'était pas déroulé comme prévu. Preuve que les phénomènes naturels sont capricieux. Difficile de les programmer comme lors d'une mise en scène en studio avec des effets spéciaux.

Désormais, les observations reprennent et nous allons pouvoir suivre le parcours d'Ison jusqu'à ce qu'elle croise l'orbite de la Terre, fin décembre 2013. Les astronomes vont tenter d'analyser sa composition pour, peut-être, expliquer ses fortes variations de luminosité.

Les matériaux que contient la comète datent de la formation du système solaire, il y a 4,5 milliards d'années. Leur analyse nous donnera donc des informations précieuses sur ce qui constituait la Terre à cette époque. 

Aujourd'hui, les astronomes doivent être soulagés et heureux. Si les observations confirment qu'une quantité substantielle de la comète Ison a survécu à sa rencontre torride avec le Soleil, ils conserveront leur cadeau céleste de fin d'année.

Michel Alberganti 

Michel Alberganti
Michel Alberganti (227 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte