Partager cet article

Le secret d'un mariage qui dure: boire autant d'alcool l'un que l'autre

La chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Barack Obama au château de Charlottenburg à Berlin le 19 juin 2013, JEWEL SAMAD / AFP

La chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Barack Obama au château de Charlottenburg à Berlin le 19 juin 2013, JEWEL SAMAD / AFP

Mais «plus les gens boivent, plus le risque de divorce est fort».

Selon les conclusions d'une étude de grande ampleur menée par l'institut de recherche sur les addictions de l'université de Buffalo, les couples mariés qui ont la même consommation d'alcool ont moins de chances de divorcer que ceux qui consomment des quantités différentes d'alcool.

Les chercheurs ont suivi 634 couples pendant neuf ans après leur demande officielle de mariage et les ont classés en quatre groupes: ceux où personne n'est un gros buveur, ceux où le mari est un gros buveur, ceux où c'est la femme et ceux où les deux conjoints sont des gros buveurs (les chercheurs définissent les «gros buveurs» comme ceux qui boivent 6 verres ou plus à la suite, ou qui boivent jusqu'à l'ivresse).

Résultat: entre 45% et 55% des mariages où l'un des deux conjoints buvait plus que l'autre a fini en divorce après neuf ans, tandis que dans les couples à consommation équivalente, le taux de divorce descendait à 35%.

«Nos résultats indiquent que c'est la différence entre les habitudes de consommation d'alcool des couples et non la consommation elle-même qui entraîne le mécontentement marital, la séparation et le divorce», explique Kenneth Leonard, le directeur de l'institut qui a mené les travaux.

Encore plus surprenant, les chercheurs ont trouvé que le taux de divorce n'était pas plus élevé chez les couples avec deux gros buveurs que chez les couples de deux abstinents.

Cette étude vient confirmer les récents travaux de l'institut norvégien de santé publique, qui avait analysé les données récoltées auprès de 20.000 couples entre 1984 et 1986, et que le chercheur Fartein Ask Torvik résumait ainsi:

«Plus les gens boivent, plus le risque de divorce est fort. De plus, le risque de divorce descend si les époux boivent à peu près les mêmes quantités d'alcool. C'est vrai non seulement chez ceux qui boivent trop mais aussi chez ceux qui ne boivent pas du tout d'alcool.»

Autre résultat commun aux deux enquêtes: le taux de divorce est plus élevé quand c'est la femme qui boit le plus que quand c'est l'homme. Une des hypothèses avancées pour expliquer ce constat, ce serait que les femmes semblent être plus affectées par une forte consommation d'alcool que les hommes, tandis qu'une autre explication serait à chercher dans le fait que la forte consommation d'alcool chez les femmes est moins acceptée socialement que chez les hommes dans nos sociétés.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte