Partager cet article

Soylent, le liquide qui veut qu'on renonce à la nourriture

Capture d'écran du site de Soylent

Capture d'écran du site de Soylent

Dans le (triste) monde où, pour s’alimenter, on ne fait ni courses, ni cuisine, ni sorties au restaurant, on se contente d'un cocktail épais et peu appétissant mais satisfaisant tous les besoins nutritionnels de l’organisme, explique El Comidista, blog du Pais. Et ce n’est pas de la science-fiction.

L’Américain Rob Reinhart, informaticien et entrepreneur d’Atlanta, a commencé à commercialiser au début de l’année un produit appelé Soylent, pour se «libérer» de l’obligation de manger (et éventuellement nourrir une population mondiale grandissante).

Là-dedans, 31 ingrédients comme de la «farine d’avoine, de la maltodextrine, des protéines de riz, de l’huile de colza, des fibres et beaucoup de minéraux», explique El Comidista. Un peu de cette poudre de Perlimpinpin, de l’eau, on mélange tout ça et on boit ce liquide à l’allure bizarre matin, midi et soir.

Rob Reinhart affirme que l'on peut très bien se nourrir de cette mixture sans affecter sa santé. L’argument de vente, c’est «gagnez du temps et de l’argent». Enfin pour l’argent, ça coûte quand même 65 dollars (48 euros) pour une semaine. Pour le créateur, manger (et surtout manger équilibré) est souvent un casse-tête, un truc embêtant.

Le journaliste Brian Merchant a voulu tenter l’expérience pendant un mois, en enquêtant en même temps sur le créateur du concept. Son documentaire, «Comment j’ai arrêté de manger pendant 30 jours», est diffusé par MotherboardTV (site et chaîne «à l’intersection de la technologie, de la science et des humains», lancée par Vice).

Résultat: pas de sensation de faim, mais une perte de poids et des petits problèmes intestinaux...

Comme l'explique El Comidista, «plus dures encore sont les répercussions psychologiques. Merchant a fini par se sentir perdu, déprimé, exclu de son cercle. Rien d’étrange quand on sait qu’une bonne partie des activités sociales humaines tournent autour de la nourriture, et que ce n’est pas seulement une source de nutriments, mais aussi une source de plaisir et de satisfaction».

En fait, Soylent n’est rien d’autre qu’un «subsitut de repas» (il est d’ailleurs vendu sous ce statut). On en parlait l’année dernière, ces crèmes et liquides généralement pas très savoureux sont censés apporter des rations équilibrées en nutriments, sur des temps limités, pour diverses raisons comme la volonté de perdre du poids.

Là, Soylent veut réellement remplacer la nourriture, vue comme un poids quotidien purement fonctionnel.  Dans tous les cas, ces mixtures apportent sans doute –sauf si vraiment on ne prend aucun plaisir à s’attabler et à manger– dérèglement des sensations alimentaires et frustrations.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte