Boire & mangerLife

Gracier des dindes, la tradition ridicule de la Maison Blanche

Lucie de la Héronnière, mis à jour le 28.11.2013 à 10 h 09

Capture d'écran du site de la Maison-Blanche

Capture d'écran du site de la Maison-Blanche

Etes-vous #teamPopcorn ou #teamCaramel? C'est la question que posait ces derniers jours la Maison Blanche aux internautes. Une question n'a pas eu le goût de plaire à tout le monde. Selon une tradition ancrée à la Maison Blanche depuis la fin des années 1980, le président des Etats-Unis gracie une dinde la veille de Thanksgiving. Une dinde qui ne finira donc pas au menu d'une tablée de cette fête de ce 4e jeudi de novembre... 

L’administration américaine a –comme l'année dernière avec Cobbler et Gobbler– demandé aux citoyens de choisir le volatile national symboliquement épargné en votant pour l'un des deux grassouillets spécimens en compétition. 

Les internautes pouvaient consulter sur le site officiel de la Maison Blanche toutes les caractéristiques des dindes concurrentes pour 2013, Popcorn et Caramel: poids, date de naissance, sexe (ce sont deux mâles), nourriture favorite, musique préférée (Beyoncé versus Lady Gaga). Et l'on pouvait même écouter les gloussements des compétitrices, pour juger quel animal méritait la grâce présidentielle. 

Une fois bien renseigné, on pouvait donc voter sur Facebook, Instagram ou Twitter (#teampopcorn contre #teamcaramel). Les supporters de Popcorn ont été plus nombreux... Le volatile a été symboliquement gracié par Obama mercredi. Mais en réalité, que les fans se rassurent, Caramel sera épargné aussi (contrairement à 45 millions de dindes qui finiront dans les assiettes pour Thanksgiving).

Les deux petits chanceux vont être envoyés dans une ferme de Mount Vernon pour couler des jours heureux. Pas pour très longtemps: l’espérance de vie de ces animaux complètement gavés est courte. Les dindes graciées l’année dernière sont déjà mortes.

En tous cas, tout le monde ne trouve pas ça très rigolo, comme Alex Fitzpatrick sur le site du Time:

«Caramel et Popcorn ont toujours été destinés à être mangés, pas à jouer un rôle dans le rituel bizarre de la Maison Blanche, rendu encore plus étrange par les réseaux sociaux. (…) Laissez-les mourir en paix. Ou donnez-leur le plus grand honneur que peut recevoir une dinde: remplir le ventre présidentiel.»

Lorraine Millot, correspondante de Libération à Washington, écrit sur son blog qu’il s’agit d’une «cérémonie publique particulièrement absurde mais très appréciée par les conseillers en com de la Maison Blanche ou le lobby volailler». Et souligne que les associations de défense des animaux dénoncent ce rituel faisant un bon coup de pub à une industrie ravageuse.

Brad Plumer, dans le Washington Pos relève qu'il ne s'agit même pas d'une vraie tradition. La National Turkey Federation donne deux dindes à la Maison Blanche depuis 1947, mais Harry Truman et Dwight D. Eisenhower ont mangé les dindes, par exemple.

Emma Roller, sur Slate.com, pense qu’au lieu de sauver des dindes, le président ferait mieux de s’occuper des humains. Elle souligne qu’Obama a gracié peu de condamnés par rapport à ses prédecesseurs:

«Au lieu (ou alors en plus) de gracier des dindes, le président pourrait gracier des vrais gens.»

Brad Plumer va dans son sens avec un tableau imparable. Ce jeudi, Obama aura en tout «gracié» 10 dindes et gracié ou commué la peine de 40 personnes. Quand Ronald Reagan avait pardonné 313 personnes et Harry Truman 1.537 personnes. Barack Obama détient le record des présidents modernes:

Lucie de la Héronnière
Lucie de la Héronnière (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte