Le problème avec les points à la fin des SMS

Texting. Joi Ito via Flickr CC License by.

Texting. Joi Ito via Flickr CC License by.

Fut un temps, il était possible de ponctuer ses phrases de façon normale sans que cela soit mal interprété. On pouvait utiliser des points d’interrogation, d’exclamation, de suspension ou des points tout court. Chacun avait son sens à vrai dire et le point était souvent choisi pour son côté simple outre sa fonction première, à savoir finir une phrase.

Malheureusement, celui-ci est désormais interprété comme un signe d’agressivité, constate Ben Crair, du magazine New Republic.

Prenez un message tout simple comme «oui» répondant à une question toute simple comme «salut ça va?» et ajoutez-y un point. Vous allez bien, c’était merveilleux jusque-là mais ce point qui ne sert pourtant qu’à terminer votre phrase peut être perçu tout à fait différemment par votre interlocuteur.

« - Salut ça va?

-          Oui.»

Un oui qui sonne comme un «Lâche-moi!» même s’il n’est voulu dans ce sens. «Il y a peu, mon fils de 17 ans m’a signalé que dans bon nombre de mes messages, je semblais excessivement sûr de moi, voire rude, parce que j’utilisais par habitude un point à la fin», raconte à New Republic Mark Liberman, professeur de linguistique à l’Université de Pennsylvanie.

S’il n’a pas compris sur le champ la raison de ce quiproquo, c’est parce que Liberman fait partie d’une génération qui utilise encore les signes de ponctuation de façon correcte. Un petit passage sur Facebook (et une aide de Google Translate) lui aurait offert une réponse instantanée.

 
 

Une étude datant de 2007du Département du langage et des études étrangères de l’American University révèle d’ailleurs que les étudiants de l'université observés utilisent une marque de ponctuation à la fin de leur phrase dans seulement 39% de leur sms échangés. La marque de ponctuation finale est elle-même utilisée dans à peine plus d’un message sur quatre (29%).

En fait, si les jeunes estiment que le point est un signal d’agressivité c’est parce qu’il met fin à la conversation. Un point qui veut dire: «C’est définitif, ceci est la fin de la discussion ou du moins la fin de ma contribution», note Liberman.

«La phrase non-ponctuée, non-finie est extrêmement addictive», confesse Chore Sicha, éditeur du site The Awl.

«Je me sens libre de faire des déclarations sans cette emphase, et c’est comme si je continuais la conversation, même quand je ne le fais absolument pas.»

Jusqu’à ce que quelqu’un s’y décide à mettre un point final, la conversation reste donc en suspens, pouvant reprendre à tout instant. C’est un peu comme si on utilisait en permanence des points de suspension... sans le sous-entendu sexuel.

Partager cet article