C'est dans l'actuLife

Alec Baldwin vs. Geneviève Sabourin: le procès sorti tout droit d'une mauvaise série américaine

Slate.fr, mis à jour le 25.11.2013 à 15 h 05

Alec Baldwin après son témoignage contre Geneviève Sabourin à New York le 12 novembre 2013, REUTERS/Lucas Jackson

Alec Baldwin après son témoignage contre Geneviève Sabourin à New York le 12 novembre 2013, REUTERS/Lucas Jackson

Des larmes, du sexe, des anciens amis qui s'échangent des coups bas par presse interposée: le procès de l'ancienne comédienne québécoise Geneviève Sabourin qui se tient en ce moment à New York a tout d'une mauvaise série romantique américaine.

Accusée par la star de cinéma Alec Baldwin (à ne pas confondre avec un de ses trois frères égalements acteurs: Daniel, William, Stephen) de harcèlement, Geneviève Sabourin est même allée un peu trop loin dans la théâtralité mercredi 13 novembre: après avoir coupé à de nombreuses reprises les témoignages de l'acteur et de sa femme la veille, elle a finalement écopé après un énième éclat de voix d'une condamnation à 30 jours de détention à effet immédiat pour outrage à magistrat, le juge lui rappelant à l'occasion qu'elle n'avait «pas la permission de crier constamment».

Alec Baldwin, qui qualifie Geneviève Sabourin de dangereuse, a porté plainte contre elle pour harcèlement en avril 2012. L'acteur et la Québécoise se sont rencontrés dans un restaurant de Montréal en 2000 par le biais de Marty Bergman, producteur qui a notamment travaillé sur le film Scarface et alors ami de Baldwin. Sabourin nie avoir jamais harcelé Baldwin et affirme qu'à cette occasion, l'acteur «lui avait glissé ses coordonnées par-dessous la table mais elle ne l'avait pas rappelé car il était à l'époque marié avec l'actrice Kim Basinger», rapporte l'AFP.

Elle affirme que Bergman a donné son numéro de téléphone à l'acteur en 2010 et que celui-ci a alors commencé à l'appeler tous les jours en la draguant. Baldwin et Sabourin confirment tous deux avoir dîné ensemble à New York en 2010, mais leurs récits de la soirée divergent grandement. L'accusée affirme avoir vécu «un rendez-vous amoureux fantastique, avec un homme célibataire qui veut se marier et avoir des enfants» et avoir eu des relations sexuelles avec lui cette nuit-là.

Baldwin a simplement reconnu lors de son témoignage, au cours duquel il a fondu en larmes, avoir dîné avec elle pour faire plaisir à son ami Bergman (soulignant au passage qu'elle était la maîtresse de ce dernier), lui avoir donné des conseils sur sa carrière et l'avoir raccompagnée à son hôtel.

Bergman n'a pas tardé à réagir à cette petite révélation sur sa propre vie privée, démentant au New York Daily News avoir eu une relation avec Sabourin:

«Il ment. Il baisait deux femmes. L'une d'elles était sa femme actuelle et l'autre devait être la fille en question j'imagine. [...] Il a inventé une histoire pour faire diversion de sa relation avec [Sabourin].»

Les procureurs accusent Sabourin d'avoir harcelé Baldwin pendant des mois, le bombardant de centaines d'emails, de SMS et de messages vocaux le suppliant de se marier avec elle et de lui faire un «mini-Baldwin» ou le menaçant d'une «guerre de destruction massive».

Le Huffington Post a reproduit certains de ces emails, rendus publics par le bureau du procureur de Manhattan, où l'on peut notamment lire:

«J'ai besoin de changer mon nom de famille pour le tien, il est plus que temps que j'oublie mon passé et que je devienne une autre Baldwin célèbre, comme ça je pourrai travailler comme l'actrice que je suis.

Donne-moi ce dont j'ai besoin chéri, dis oui!!!»

Sabourin affirme qu'elle essayait simplement de mettre fin à leur relation. Elle a quitté le tribunal menottée mercredi, direction la prison de Rikers Island. Le tribunal pourrait donner son verdict dès ce jeudi 14 novembre. Sabourin risque jusqu'à 90 jours de prison supplémentaires.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte