Science & santéLife

Le secret des gouttes de pipi sur la lunette des toilettes enfin percé

Laurent Pointecouteau, mis à jour le 07.11.2013 à 15 h 07

Naast de pot piesen Jaap Stronks via Flickr CC License by

Naast de pot piesen Jaap Stronks via Flickr CC License by

Fléau de l’homme moderne face à son urinoir, le «splash-back», que nous traduirons par «gouttes de pipi qui rebondissent sur la lunette des toilettes», a enfin reçu toute l’attention scientifique qu’il méritait, et ce de la part de la Birgham Young University, nous raconte Popular Science.

La BYU (qui présente la particularité tout à fait hors de propos d’être la plus grande université religieuse des Etats-Unis, en l’occurrence celle des Mormons) héberge en effet un «Splash Lab» dévolu tout entier à l’étude du comportement des fluides, et illustrant ses recherches à l’aide de vidéos filmées à la caméra ultra-rapide, pour obtenir de saisissants ralentis à parfois 7.000 images par seconde. «C’est tout simplement vraiment cool, n’est-ce pas?», disait en mars le professeur de la BYU Tadd Truscott à KSL.com, qui avait remarqué la popularité des vidéos du Splash Lab sur YouTube.

Et on ne le contredira pas: des gouttes d’huile qui tombent dans de l’alcool, des œufs projetés sur des gens, une bouteille en verre dont le fond se détache en tapant sur le goulot... les trucs qui se cassent au ralenti sont déjà légion sur Internet, mais ça fait toujours de la science fort agréable à contempler.

Les chercheurs du Splash Lab ont ainsi appliqué ce même procédé à la miction, en utilisant «des caméras à haute vitesse pour examiner précisément ce qui arrive à un flux d’urine lorsqu’il rentre en contact avec les toilettes». Ce qui leur a permis de publier deux vidéos, dont un «tuto» anti-splash-back pour que vous aussi, vous puissiez revenir de la vespasienne le futal sec.

En attendant de découvrir les résultats complets de l'étude, qui seront présentés courant novembre à la très sérieuse Société américaine de Physique, vous pourrez toujours briller en société en expliquant à vos amis ébahis que c’est l’instabilité de Plateau-Rayleigh qui cause la formation de gouttelettes à environ 15 centimètres de votre urètre, et que le mieux pour pas en mettre partout sur les toilettes et le pantalon, ça reste tout de même de faire pipi assis. Et même que c’est grâce aux Mormons qu’on sait tout ça.

Laurent Pointecouteau
Laurent Pointecouteau (77 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte