Sciences / Life

La bouche des tiques, encore plus effrayante que les films d'horreur

Temps de lecture : 2 min

Image tirée de l'article scientifique paru dans la revue Proceedings of the royal society b
Image tirée de l'article scientifique paru dans la revue Proceedings of the royal society b

Oubliez Massacre à la tronçonneuse et autres films avec des méchants portant un masque de hockey. Si vous voulez vraiment regarder un film d’horreur en ce jour d’Halloween, regardez-donc la vidéo que vient de publier le New York Times sur... les tiques, ces acariens microscopiques qui sucent notre sang.

Le site du quotidien américain a repris les images récemment publiées par un groupe de chercheurs qui se sont intéressés au mécanisme qui permet à l’Ixodes ricinus, une tique de la famille des Ixodidae (on recense actuellement près de 900 espèces différentes de tiques) qui transmet la maladie de Lyme, de s’insérer sous la peau, d’y rester et de s’abreuver du sang de sa victime.

Vue de près, sa bouche est composée de ce qui ressemble à deux scies qui entourent une sorte de grande épée barbelée dont le nom scientifique est l’hypostome. La vidéo montre l’acarien en action en très gros plan sur la peau de souris sacrifiées pour l’expérience.

Une fois que la tique a choisi son endroit, elle utilise ses scies pour couper la peau avec des mouvements d’aller-retour permettant à l’hypostome de s’enfoncer tout en retroussant la peau. Une fois solidement attachée, la tique n’a plus besoin de dépenser la moindre énergie, et peut boire tranquillement le sang jusqu’à satiété.

Si vous étiez en manque d’idée pour votre fête d’Halloween de ce week-end, vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire.

Slate.fr

Newsletters

Wildlife photographer of the year, les plus belles photos du monde animal

Wildlife photographer of the year, les plus belles photos du monde animal

De l'insecte au mammifère, toute la beauté du monde animal est représentée dans le concours de photographies Wildlife Photographer of the year qui a lieu depuis 1965. L'année dernière, 45.000 photos ont été envoyées au jury de Londres et une...

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

L'organe n'est pas la barrière infranchissable que l'on croyait.

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Ce support est propice aux annotations.

Newsletters