Tech & internet / Life

Vicarious, la start-up qui a peut-être tué les captchas

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de présentation du logiciel de Vicarious.
Capture d'écran de la vidéo de présentation du logiciel de Vicarious.

Chaque jour sur Internet, des centaines de milliers de personnes lisent la même chose, ou tout du moins essaient. Parfois totalement indéchiffrables, les captchas (pour test public de Turing complètement automatique ayant pour but de différencier les humains des ordinateurs) sont pour les sites qui les utilisent un rempart contre les bots.

Souvent franchie, cette muraille pourrait connaître une fin définitive grâce à Vicarious, une start-up de San Francisco. L’entreprise basée en Californie a développé un logiciel d’intelligence artificielle capable de façon sûre (jusqu'à 90% de réussite) de passer outre les systèmes de captcha les plus répandus.

Interrogé par le site Mashable, D. Scott Phoenix, un des co-fondateurs de la société explique la différence entre cette méthode de remplacement des captchas et les méthodes plus classiques utilisées par les hackeurs:

«Les solutions précédentes parvenaient à résoudre les captchas à un moment donné, alors que cette solution résout les captcha. C’étaient des hacks qui ne faisaient pas partie d’une vision globale du système, nous essayons au contraire de construire une machine intelligence, capable de résoudre les captchas tout le temps.»

Au lieu d’utiliser les faiblesses des différents systèmes de captcha, le logiciel Recursive Cortical Network (RCN ou Réseau cortical récursif) va chercher à combler la faiblesse des ordinateurs pour cracker ce genre de programme: la vue.

Vicarious - Turing Test 1: Captcha de Vicarious Inc via Vimeo.

«Tout ce que les gens sont capables de faire avec leurs yeux, nous voulons être en mesure de l’automatiser», détaille Scott Phoenix.

» A lire sur Slate.fr: Je suis un humain, M'sieur L'Ordinateur, je le jure!

Difficile de juger de la véracité de ces propos ou des capacités du logiciel, étant donné que le code source n’a pas été partagé. Pour le magazine Science, c’est toutefois une bonne chose que celui-ci reste secret le temps que les sites s’adaptent et trouvent une alternative. Certains en ont déjà développé comme des mini-jeux ou des analyses d’images.

La revue a toutefois tenu à faire tester à Vicarious via Skype quatre captchas différents. Les deux sur lesquels le logiciel a échoué comportaient soit des lettres en cyrillique, soit un fond type échiquier avec des cases en noir et blanc.

Les captchas ne sont toutefois qu’une étape du développement de RCN pour Vicarious. A terme, la start-up espère d’avantage être impliquée dans la «robotique, l’analyse d’imageries médicales ou encore la recherche d’images et vidéos» que dans le spam de sites Internet.

Laszlo Perelstein

Newsletters

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Tinder, la compétition qui a réveillé mes pires souvenirs d'enfance

Slate publie les bonnes feuilles de «L'amour sous algorithme», de Judith Duportail.

Newsletters