Partager cet article

Votre couple va-t-il durer? Demandez à Facebook

Hold on tight. Derriel Street photography via FlickrCC License by

Hold on tight. Derriel Street photography via FlickrCC License by

Non content de connaître à peu près toute votre vie privée, Facebook peut désormais deviner avec qui vous partagez votre vie et prédire avec plus ou moins de fiabilité combien de temps ça va durer. Comment c’est possible? Grâce à un nouvel algorithme mis au point par Lars Backstrom de Facebook et John Kleinberg de la Cornell University.

Le système repose sur un nouvel outil de mesure que les chercheurs ont appelé «dispersion», décrypte The Verge. Cet indice compte les «connexions qu’il existe entre les personnes qui ont plusieurs groupes d’amis».

Jusqu’à présent, les chercheurs se concentraient sur «l’embeddedness» (que l’on pourrait traduire par l’intégration), qui se limite à compter le seul nombre d’amis que deux utilisateurs ont en commun, «un piètre indicateur lorsqu’il s’agit de relation amoureuse», précise le New York Times.

La dispersion est un outil plus large, explique The Verge:

«Les personnes engagées dans une relation amoureuse ont tendance à se connecter à différentes sphères: par exemple, un mari va probablement présenter sa femme à ses collègues de bureau, ses amis du lycée et les membres de son club de foot, des personnes avec lesquelles elle n’aura sans doute pas d’autres amis en commun.»

Sur les 400.000 utilisateurs ayant indiqué être en couple ou marié sur Facebook, l’algorithme a réussi à identifier qui était marié avec qui dans 60% des cas, et qui était en couple avec qui pour 1 cas sur 3. Le système échouait lorsque l’indice de dispersion des couples était faible, note le New York Times:

«Les couples avec une faible dispersion [...] ont 50% plus de risques de se séparer dans les deux mois qui suivent que ceux avec une dispersion élevée.»

Un indice de dispersion élevé est donc de bon augure pour la suite de la relation amoureuse, un phénomène que Quartz explique facilement:

«Les personnes qui présentent leur partenaire à tous leurs groupes d’amis ont tendance à rester ensemble.»

Les chercheurs se sont aussi intéressés aux personnes n’ayant pas indiqué sur Facebook avoir une relation avec quelqu'un. Et là encore, l’algorithme s’est révélé être efficace: sur les 129.000 profils «célibataires» analysés, le système a réussi à deviner qui était en couple et qui ne l’était pas dans 60% des cas.  

L’enquête, d’ores et déjà en ligne, sera présentée au cours d’une conférence sur les réseaux sociaux en février prochain. Elle permettra à Facebook d’adapter encore mieux le contenu et les publicités en fonction des utilisateurs. Le réseau social n’a pas encore précisé qui, en plus de lui, aura accès à ces nouvelles informations permettant de rentrer un peu plus dans notre vie privée. 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte