Égalités / Life

Les «Manfluencers», ces 70 millions d'hommes américains qui font les courses et la cuisine

Temps de lecture : 2 min

Infographie du «Manfluencer», via Midan Marketing
Infographie du «Manfluencer», via Midan Marketing

Attention, avalanche de néologismes de marketeux américains… «Grâce à la “mancession”, les métrosexuels sont devenus des “manfluencers”»: c’est le titre incompréhensible d’un article paru sur le site d’économie Quartz, que nous allons démystifier ensemble.

La «Mancession», mot valise formé de «Man» et de «Recession», désigne depuis 2009 une conséquence économique de la crise américaine. Les effectifs dans les secteurs de l’industrie et de la construction, majoritairement masculins, ont été les plus touchés par les destructions d’emploi.

A l’inverse, les secteurs de la santé et de l’éducation, plus féminins, se sont maintenus. Conséquence: le chômeur du couple est de plus en plus souvent un homme.

Julie Murphy, de l'agence Midan Marketing, est à l’origine de l'autre terme mystérieux de ce titre de Quartz (on passe sur «métrosexuel»): ayant eu vent de la progression du nombre d’hommes inactifs qui faisaient les courses et cuisinaient dans leur famille, elle a réalisé une étude sur le sujet. Et en a sorti ce concept déposé, le «Manfluencer»TM, pour «Man» et «Influencer».

L’influence doit ici se comprendre comme pouvoir de choix dans les grandes surfaces, rôle ô combien sacré de la société de consommation, auquel a été longtemps cantonnée la célébrissime ménagère de moins de 50 ans. Petite parenthèse: même chez TF1, on parle désormais de manière plus politiquement correcte de «Femme responsable des achats de moins de 50 ans».

Et comme dans la pub on a des abréviations pour tout, on écrit plutôt «RDA Femme -50 ans». Femme qui a en outre, pour certains marketeurs, mué en «ménagère numérique»…

Mais revenons-en aux hommes. Selon Julie Murphy donc, 47% des hommes aux Etats-Unis achètent la plus grande partie des courses du foyer et cuisinent plus souvent que leur épouse ou compagne à la maison. «Si le sondage de Midan sur 900 hommes est vraiment représentatif, les données suggèrent que 73 millions d'hommes américains sont des manfluencers», poursuit The Atlantic.

Et si les marketeurs se penchent sur leur profil, c’est évidemment parce qu’«une compréhension plus profonde du manfluencer» permettra de «mieux cibler cette espèce relativement récente d’acheteur masculin», écrit l’agence sur son site.

Source: Midan Marketing

C’est en particulier l’industrie de la viande qui est concernée, puisque le «manfluencer» est très porté bidoche. The Atlantic note que d'autres produits se sont adaptés à la tendance et tentent de «masculiniser» les packaging: «brogurt» au packaging noir, barres de céréales aux «protéines», etc. Et pourtant, quand il achète, le responsable des achats masculin ne semble pas se comporter d’une manière révolutionnaire: il se renseigne et compare les prix sur Internet, profite des soldes et découpe les petits coupons de réduction. Une ménagère normale, en somme.

Newsletters

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

[TRIBUNE] Comme tes films légers se sont transformés en projets ambitieux, ça coince. Tu réalises un téléfilm sur un sujet féminin, sans politique ni métaphysique, c'est ce qu'on attend de toi.

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Beaucoup ne semblent réaliser que maintenant combien notre vie collective repose sur l'addition de tâches qui paraissent mineures, mais sans lesquelles nous serions en danger sanitaire grave.

Le colorisme sévit toujours dans les séries afro-américaines

Le colorisme sévit toujours dans les séries afro-américaines

Depuis le «Prince de Bel-Air», presque rien n'a changé. Les séries perpétuent des stéréotypes à travers le colorisme, cette discrimination privilégiant les Noir·es à la peau claire.

Newsletters