Tech & internetLife

Non, les ventes d'armes à feu sur Instagram n'explosent pas

Will Oremus, mis à jour le 25.10.2013 à 14 h 59

Photo via hashb.ag

Photo via hashb.ag

Le Daily Beast a écrit cette semaine un article très intéressant à propos de ventes d'armes sur Instagram. En recherchant des hashtags liés aux armes à feu, le magazine a trouvé des exemples allant d'un antique Colt à un «AR-15 customisé pour ressembler à un MK12»

Faire de la publicité pour des armes à feu en vente sur le site de partage de photos est légal, et Instagram n'a pas de politique particulière contre cette pratique (contrairement à d'autres sites comme celui de petites annonces Craigslist par exemple).

Comme on pouvait s'y attendre, les partisans du contrôle des armes à feu s'en sont émus, et un responsable du Département de la justice américain a estimé que les ventes en ligne d'armes «soulignent le besoin d'une obligation générale de vérification des antécédents».

L'article était bien fait et instructif, sans être non plus bouleversant. Après tout, les gens peuvent faire de la pub pour leurs armes à vendre de toute sorte de façons.

Mais dans le jeu du téléphone arabe médiatique, l'enquête sobre du Daily Beast s'est transformée en affirmations ridicules dans des articles du New York Post et de Fox News intitulés «Les ventes d'armes explosent sur Instagram»:

«L'application populaire de partage de photos est devenu l'endroit où aller pour vendre et acheter des armes sur Internet, avec un réseau de propriétaires particuliers et de vendeurs professionnels avec des armes de poings, des fusils de chasse et des fusils d'assaut en vente libre, d'après un article du Daily Beast»

Sauf que le Daily Beast n'a jamais dit que les ventes d'armes «explosaient», ou qu'Instagram était devenu «l'endroit où aller» pour les ventes d'armes en ligne. Il n'a même rien dit, en fait, sur l'ampleur de la pratique.

Mais ça n'a pas empêché le Daily Mail d'affirmer également que la popularité d'Instagram comme «marché numérique pour les gens dans le business des armes» grandissait. Là encore, le Daily Beast est la seule source. Et là encore, le Daily Beast n'a pas dit que la popularité d'Instagram pour les ventes d'armes grandissait (ni qu'elle diminuait ou restait au même niveau, d'ailleurs).

En France, Génération NT a parlé des ventes d'armes comme «nouveau fléau d'Instagram», évoquant une «prolifération» des petites annonces pour des armes à feu. Jolpress évoque également un phénomène qui «prend de l'ampleur» et des annonces qui «prolifèrent».

Pour être sûr que je n'avais rien loupé, j'ai demandé à l'auteur de l'article s'il avait une idée de l'ampleur du phénomène. «Difficile à dire. Certains utilisent des hashtags, d'autres non, certains ont un profil privé, d'autres public», a-t-il répondu sur Twitter. 

Son article serait alarmant s'il était vrai qu'Instagram était utilisé pour vendre des armes de façon massive. Mais je n'ai trouvé aucune preuve de cela. En cherchant #guns sur le site, on trouve autant de photos de biceps [«guns» est aussi utilisé en argot pour dire «bras», NDT] que d'armes à vendre. En cherchant des mots-clés comme rifle (fusil d'assaut) ou glock sur hashb.ag, un site qui recense les posts sur Instagram contenant le hashtag #forsale (à vendre), j'ai trouvé quelques photos proposant des armes.

Mais elles s'étalent sur des semaines ou des mois, et je n'ai pas pu trouver un seul mot-clé renvoyant à plus de trois ou quatre petites annonces pour des armes sur la semaine dernière. Sur un site avec plus de 150 millions d'utilisateurs actifs, c'est un nombre infinitésimal.

Cela ne veut pas dire qu'on ne devrait pas s'inquiéter de savoir que des gens utilisent Internet pour vendre des armes sans vérification des antécédents. Mais Instagram n'est pas le problème. Le problème, c'est la loi, qui ne régule presque pas la vente d'armes entre individus d'un même Etat.

Will Oremus

Traduit et adapté par Cécile Dehesdin

Will Oremus
Will Oremus (150 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte