LifeScience & santé

Vos seins n'ont pas le même âge que vous

Anaïs Bordages, mis à jour le 24.10.2013 à 12 h 09

mammarchitecture / mugley via Flickr Licence CC

mammarchitecture / mugley via Flickr Licence CC

Steve Horvath, un scientifique de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA),  vient de trouver une nouvelle façon de calculer l’âge, nous apprend Science Daily.

Plus précisément, le bioinformaticien a décidé de comparer l'âge biologique (celui de vos organes) et l'âge chronologique (celui que vous fêtez tous les ans). En basant ses recherches sur la méthylation de l’ADN, c’est-à-dire l’évolution des cellules de notre corps, Horvath a pu prouver que notre cerveau, notre cœur, nos poumons ou notre poitrine ne vieillissent pas forcément de la même façon que nous.

Par exemple, les tissus musculosquelettiques et les muscles cardiaques paraissent plus jeunes que leur propriétaire. Cela pourrait s’expliquer par le fait que ces tissus contiennent plus de cellules souches que les autres, qui ont un effet rajeunissant.

Mais l’une des découvertes les plus intéressantes de Steve Horvath est que nos seins vieillissent plus rapidement que nous. Selon l’étude, notre poitrine est généralement deux à trois ans plus vieille que le reste de notre corps.

Comme l'explique le Los Angeles Times, cette découverte est importante, parce qu’elle pourrait permettre aux chercheurs de déterminer l’âge auquel nos cellules et nos organes sont les plus vulnérables.

Par exemple, en France, le cancer du sein est le premier cancer féminin, et la première cause de mortalité féminine. Cette prédominance du cancer du sein chez les femmes pourrait s’expliquer par le fait que cette partie de leur corps est plus vieille que le reste.

«Lorsqu’une femme est atteinte d’un cancer du sein, le tissu sain qui entoure la tumeur est environ douze ans plus vieux que le reste de son corps», explique ainsi Steve Horvath.  

De manière générale, le scientifique a observé que tous les types de cancer provoquaient une accélération de l'âge biologique, d'environ 36 ans. 

Or, si les scientifiques comprennent comment nos cellules vieillissent, et à quel âge elles commencent à être en danger, peut-être sauront-ils un jour comment décélérer le processus et, pourquoi pas, comment nous rajeunir:

 «La grande question est de savoir si l’horloge biologique contrôle le processus qui nous fait vieillir. Si tel est le cas, cette horloge deviendra un bio-marqueur important pour étudier de nouvelles approches thérapeutiques afin de rester jeunes plus longtemps.» 

Anaïs Bordages
Anaïs Bordages (105 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte