Tech & internet / Life

Facebook retire la vidéo de décapitation qui a fait scandale

Temps de lecture : 2 min

C'est le quatrième revirement du réseau social sur la question.

Facebook screenshot. Neeraj Kumar via FlickrCC
Facebook screenshot. Neeraj Kumar via FlickrCC

Après une valse-hésitation au cours de laquelle Facebook aura changé 4 fois d'avis, le réseau social a finalement décidé le 22 octobre d'interdire le partage de vidéos d'exécution. Elles avaient d'abord été interdites par le réseau en mai dernier, puis autorisées à nouveau il y a quelques jours.

C’est la BBC qui révèlait ce rétropédalage, alertée par un utilisateur qui prévenait:

«L’entreprise refuse de retirer une page montrant une vidéo d’un homme masqué tuant une femme, probablement filmée à Mexico.»

Titrée «Challenge: Anybody can watch this video?» (Défi: n’importe qui peut regarder cette vidéo?), la vidéo a déjà été vue des milliers de fois.

Un porte-parole de Facebook avait expliqué cette décision à CNET sans pour autant préciser depuis combien de temps l’interdiction avait été levée:

«Facebook a toujours été un endroit vers lequel les gens se tournent pour partager leurs expériences, et notamment lorsqu’elles sont liées à des évènements controversés sur le terrain, comme des violations des droits de l’homme, des actes terroristes ou d’autres évènements violents. Les gens partagent les vidéos de ces événements sur Facebook pour les condamner. Si elles en faisaient l’apologie, ou encourageaient de telles actions, notre approche serait différente.»

Chacun est libre de voir le monde dans lequel il vit, expliquait encore le porte-parole, et de faire le choix de regarder ou pas les vidéos qui circulent.

De telles images avaient été interdites en mai dernier, à la suite d'un tollé déclenché par deux vidéos montrant une fois encore des exécutions. Facebook avait accepté de les retirer, suite aux appels répétés d’associations au motif que de telles images «peuvent causer des dommages psychologiques à long-terme», rapportait la BBC à l’époque.

Ces mêmes associations s’insurgeaient une fois encore contre la présence sur Facebook de «Challenge: Anybody can watch this video?», rappelant que le réseau est accessible officiellement dès 13 ans, «une limite d’âge facilement contournable» note Business Insider. Le Dr Arthur Cassidy, psychologue, détaillait pour la BBC:

«Il suffit de quelques secondes d’exposition à de telles images pour laisser une trace indélébile, et particulièrement dans l’esprit de jeunes personnes.»

Cédant aux pressions, le réseau au plus d'un milliard de membres, a finalement décidé de retirer les images en cause, écrit le Nouvel Observateur:

«Sur la base de ces critères améliorés [selon lesquels une vidéo glorifiant la violence n'est pas acceptée, mais une vidéo la condamnant si NDR], nous avons réexaminé les récents signalements de contenu violent et nous avons conclu que ce contenu faisait l'apologie de la violence de manière inappropriée et irresponsable.»

«Le réseau social peine à trouver la ligne entre les contenus permis ou non» note le Nouvel Observateur. Des utilisateurs avaient notamment fait remarquer que si Facebook autorisait des vidéos de décapitation, il interdisait en revanche toute publication d’images de nus...

Mis à jour le 23/10/13 avec la nouvelle décision de Facebook de retirer la vidéo

Newsletters

Dernière stratégie publicitaire en vogue: les mèmes

Dernière stratégie publicitaire en vogue: les mèmes

Une appropriation des blagues des jeunes qui permet aux marques de se donner une image cool, accessible et humaine sur les réseaux sociaux.

Vous avez toujours rêvé de voir comme un chat? C'est désormais possible

Vous avez toujours rêvé de voir comme un chat? C'est désormais possible

Des scientifiques ont créé un logiciel pour percevoir le monde avec la vision d'une abeille, d'un poisson ou encore d'un chat.

Après CNews, Valeurs actuelles est la nouvelle cible des Sleeping Giants

Après CNews, Valeurs actuelles est la nouvelle cible des Sleeping Giants

Le but de ces activistes: responsabiliser les marques qui achètent des publicités dans des médias diffusant des discours de haine.

Newsletters