Cet homme peut prévoir les krachs boursiers. Et si les financiers l'écoutaient enfin?

Conférence TED de Didier Sornette en juin 2013 à Edimbourg. Capture d'écran.

Conférence TED de Didier Sornette en juin 2013 à Edimbourg. Capture d'écran.

L'explosion des bulles financières survient brusquement comme les cataclysmes provoqués par les rois-dragons chinois. Néanmoins, des spécialistes du chaos affirment être en mesure de les anticiper.

Fabriquer du chaos n’est pas aussi difficile qu’on pourrait le croire. Prenez deux circuits électroniques identiques, chacun de la taille d’une carte de crédit et comprenant deux condensateurs, une bobine, une diode non linéaire et une source de courant. Chaque circuit est réglé pour produire des oscillations chaotiques de la tension et de l’intensité du courant qui les traverse. Etant donné qu’ils sont couplés, les deux circuits génèrent les mêmes oscillations. Les chercheurs parlent alors de «chaos synchronisé».

Dans la pratique, on observe néanmoins de subtiles variations des comportements de chaque circuit qui conduisent les tensions et intensités à ne plus être exactement identiques. A long terme, l’enregistrement des valeurs montre que le comportement chaotique traverse des sortes de «hot spots» dans lesquels peuvent se produire des événements extrêmes, similaires aux «bulles» financières qui finissent par exploser à la bourse, comme celle de l’an 2000 avec l’économie numérique.  

Dans de telles situations, les deux circuits perdent leur brusquement et temporairement leur synchronisation. Parfois l’événement est bref, comme un minikrach boursier. Mais il peut se révéler également gigantesque, comme la crise financière de 2007. La taille des perturbations est presque toujours régie par une distribution suivant une loi de puissance. C’est-à-dire que l’un des variables change comme une puissance de l’autre. Mais dans les cas les plus extrêmes, que les chercheurs nomment des «rois-dragons», se produisent de très fortes déviations par rapport à la loi de puissance.


Les rois-dragons viennent de la mythologie chinoise. A Singapour, en 2012, on fêtait l'année du dragon. Photo: Reuters 

Les chercheurs ont découvert que l’injection d’une petite quantité de courant dans l’un des deux circuits à un moment précis pouvait éviter qu’un roi-dragon prévu ne se produise. «Parfois, de petits coups de coude peuvent avoir de grands effets», commente Dans Gauthier, professeur de physique à l’université Duke, en Caroline du Nord et coauteur de l’article publié dans la revue Physical Review Letters du 21 octobre 2013.

« La limite de notre article, c’est que nous n’avons pas montré que notre circuit électronique est applicable à la bourse qui possède un nombre de variables très supérieur», reconnaît Dan Gauthier. L’intérêt de ce travail réside sans doute dans le principe même de la détection des prémisses de l’arrivée d’un roi-dragon et dans la possibilité d’action pour le décourager.

Didier Sornette, professeur de risque entrepreneurial à l’Institut fédéral suisse de Zurich (ETH) et coauteur de l’article, a expliqué sa conception des rois-dragons dans une conférence TED qu’il a donnée à Edimbourg en juin 2013. Il y montre que tous les événements chaotiques recèlent ces signes avant-coureurs. Il «suffit» de les décrypter pour y discerner l’approche d’une catastrophe à la fois imprévue et inéluctable.

Dans cette conférence, Didier Sornette donne plusieurs exemples de krachs financiers qu’il a précisément prévus dans le temps, en particulier au sujet de l’économie chinoise après la récession de 2007. Jamais, les financiers ne l’on cru. Ils l’ont même accusé d’être le facteur déclencheur des crises. L’économie étant très sensible aux rumeurs, le phénomène de la prévision auto-réalisatrice peut s’y produire facilement.

Didier Sornette a donc décidé de ne plus rendre publiques ses prévisions mais de les enregistrer sous forme cryptée afin de permettre une authentification postérieure aux événements prédits. Par ailleurs, ce dépôt concernera toutes ses prévisions ce qui permettra de comptabiliser celles qui se révèleront fausses.

Nul doute que si la méthode se révèle efficace, la fortune de ces chercheurs sera faite. On se souvient des tentatives de Benoît Mandelbrot pour analyser les phénomènes chaotiques comme les fluctuations de la bourse. Si la perspective de pouvoir éviter de graves crises capables de plonger l’économie de la planète entière dans les affres de la récession devrait réjouir tout le monde, celle d’une prévisibilité de l’évolution des cours de bourse pourrait poser de graves problèmes. En effet, comment jouer en bourse, et donc gagner de l’argent, si tout le monde connaît le prochain cours d’une action?

M.A.