LifeScience & santé

Plus il y a de McDo dans un pays, plus le taux d’obésité est fort

Lucie de la Héronnière, mis à jour le 03.10.2013 à 11 h 57

Fastfood/ Happy Meal via Flickr CCLicence By

Fastfood/ Happy Meal via Flickr CCLicence By

On imagine déjà a priori que la malbouffe, symbolisée par l’enseigne au grand «M» jaune, est responsable de l’obésité… Mais une équipe de médecins de l’hôpital Avicenne à Bobigny a voulu prouver le lien exact et global entre forte implantation de McDonald’s et obésité. Les résultats ont été publiés dans le Journal of Internal Medicine.

44 pays ont été étudiés, dont les 20 pays les plus peuplés du monde et les cinq pays les plus peuplés de chaque continent, ainsi que quelques autres compris dans une récente étude nutritionnelle. Ces pays représentent 75% de la population mondiale... Et 95% des McDo de la planète.

Le nombre de restaurants McDonald’s par million d’habitants a été calculé pour chacun de ces pays, en se fondant sur les données de la chaîne. Les chiffres vont de 0 à 45 McDo (aux Etats-Unis) par million de personnes.

Les pays ont ainsi été classés par quartiles de «faible densité» à «très forte densité» de McDo. La France se situe dans le haut du tableau (avec, sans surprise, les Etats-Unis, le Canada, l’Australie…), avec près de 20 restaurants pour un million d’habitants.

Le taux d'obésité moyen a aussi été calculée pour chacun de ces quartiles, avec les données de l’Organisation mondiale de la Santé

Résultat, il existe dans les 44 pays étudiés «une corrélation très nette entre le taux d’obésité et la densité des restaurants McDonald's». Le taux d’obésité passe de moins de 5% de la population pour une densité de McDo «faible» à plus de 10% pour une densité «moyenne». Quand la densité d’enseignes jaunes est «très forte», le taux d’obésité dépasse les 20%.

Les médecins tempèrent leurs résultats, car d’autres facteurs sont à prendre en compte dans le taux d’obésité. On pourrait ajouter qu’à l’intérieur-même des pays étudiés, il y a sans doute de fortes différences entre villes et campagnes concernant la densité de fast-food, et, peut-être, le taux d’obésité.

Le communiqué souligne que «certes, ce travail n’établit pas de lien direct de cause à effet entre le surpoids et la chaîne américaine de restauration rapide, mais il met le doigt sur une forte association entre la présence de ce type de restaurants et l’obésité. Il montre à quel point leur implantation est parfaitement associée aux modifications des modes de vie et aux conséquences en terme de surpoids».

McDo suit les tendances, les changements globaux d’alimentation. Frédéric Lapostolle, membre de l’équipe, précise:

«McDonald’s fait son job en construisant des restaurants là où les gens vont manger du fast-food. Plus les gens changent leurs habitudes alimentaires, plus McDo s’installe, pour accompagner cette modification.»

Lucie de la Héronnière
Lucie de la Héronnière (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte