Partager cet article

Pourquoi la sieste est si bénéfique

Girl sleeping / RelaxingMusic via FlickrCC License by

Girl sleeping / RelaxingMusic via FlickrCC License by

Non seulement dormir un peu pendant la journée procure un regain d’énergie mais apporte aussi des bénéfices importants en terme cognitifs et de santé. Et c’est la science qui le démontre.

Le mépris à l’égard de la sieste, réservée aux enfants, aux personnes âgées et aux fainéants, est totalement injustifié. Non seulement dormir un peu pendant la journée procure un regain d’énergie mais apporte aussi des bénéfices importants en terme cognitifs et de santé. Et c’est la science qui le démontre.

Contrairement à 85% des espèces de mammifères, l’homme ne dort qu’une fois par jour. Les scientifiques ne sont pas sûrs si nous sommes naturellement monophasiques (et pas polyphasiques) ou si c’est la société moderne qui nous a rendu ainsi. En tout cas, la vie moderne fait qu’au moins un tiers d’entre nous ont un déficit de sommeil important. Et la sieste est un excellent moyen pour combler ce déficit. Mais elle peut également doper notre cerveau en lui permettant de devenir plus créatif, en améliorant le fonctionnement de la mémoire, la perception, le raisonnement logique, en améliorant notre humeur. La sieste a aussi des vertus thérapeutiques sur le cœur, la pression sanguine, le niveau de stress et même l’excès de poids.

Maintenant, pour en tirer tous ses bénéfices, il faut faire une vraie sieste. C’est quoi une vraie sieste?

C’est une phase de sommeil qui dure entre 10 et 30 minutes idéalement entre 13 heures et 16 heures. Un sommeil plus long développe «l’inertie du sommeil» qui se traduit par une sensation de malaise et d’ivresse qui met du temps à disparaître. Sara Mednick, spécialiste du sommeil de l’Université de Californie et auteure du livre «Take a Nap ! Change your life» (Faites une sieste ! Changez votre vie) estime qu’une sieste de 10 à 20 minutes redonne de la vivacité intellectuelle et de l’énergie mais qu’une sieste de 30 minutes pose des problèmes et il prend parfois du temps à «émerger». Des études publiées par le Journal of Sleep (Journal du sommeil), montrent aussi que des siestes très courtes de six minutes, ont des effets bénéfiques sur la mémoire.

La découverte des vertus de la sieste n’est pas récente. En 1995, une étude réalisée par la NASA sur des pilotes de Boeing 747 montrait que les participants autorisés à faire une sieste de 40 minutes par jour ce qui correspondait à une moyenne de 25,8 minutes de sommeil avaient une amélioration de leurs performances en matière de vigilance de 16% par rapport à la moyenne et de 34% par rapport aux pilotes qui n’avaient pas fait de sieste.

Faire une sieste au travail est loin d’être une mauvaise idée, même du point de vue de l’employeur. Faire dormir un peu des médecins et des infirmières dans des services d’urgence améliore sensiblement leur réactivité et leurs performances. La sieste permet de restaurer la qualité de l’attention, la qualité du travail et de réduire les erreurs et ces effets sont sensibles pendant plusieurs heures. Certaines entreprises ont commencé à comprendre les avantages de la sieste et installé des pièces pour dormir sur le lieu de travail. C’est le cas entre autre de Google ou du Huffington Post.

Enfin, la sieste est aussi très bonne pour la santé. Elle a des effets thérapeutiques sur la pression artérielle en permettant notamment au système cardiovasculaire de récupérer des effets du stress psychologique. Une sieste de 45 minutes se traduit presque systématiquement par une baisse de la pression sanguine.  

Une importante étude réalisée en 2007 en Grèce par des chercheurs de l’Université d’Athènes auprès de 23 681 personnes atteintes de maladies cardiaques et de cancer montre les bienfaits d’un sommeil de jour. Les personnes qui faisaient une sieste de trente minutes au moins trois fois par semaines avaient 37% moins de risques de mourir d’une défaillance cardiaque.

Conclusion. La sieste devient obligatoire pour tout le monde les petits comme les grands.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte