Lu, Vu & Entendu / Life

Google est «trop gros, trop puissant et trop influent»

Temps de lecture : 2 min

REUTERS
REUTERS

Le Parlement britannique vient de publier un rapport intitulé «Supporting the creative economy» (Soutenir l’économie innovante). Un rapport (Pdf) parmi des dizaines d’autres écrits chaque année. Mais comme le souligne Quartz, derrière un sujet et un titre banal se cache «un contenu explosif» et une véritable charge contre Google. Le nom de Google est ainsi mentionné 235 fois dans les 70 pages du premier volume du rapport.

Voici quelques extraits du rapport:

Nous sommes profondément inquiet qu’il existe un projet caché mené au moins en partie par les groupes de technologies (Google plus particulièrement) qui, s’il est poursuivi naïvement, peut créer des dommages irréversibles au secteur innovant dont la prospérité future du Royaume-Uni dépend significativement».

Nous condamnons fermement l’incapacité de Google, notable parmi les groupes de technologie, à fournir une réponse adéquate aux demandes de l’industrie innovante d’empêcher son moteur de recherche de diriger les consommateurs vers des sites qui violent le droit d’auteur».

Et quelques citations de parlementaires reprises dans le rapport:

-Question 253: «Juste pour les archives, je veux mentionner que j’ai demandé il y a quelques mois au Premier ministre dans les questions au Premier ministre combien de fois il a vu Google au numéro 10 (Downing Street la résidence du Premier ministre) et on m’a répondu 22 fois. Je pense que c’est une bonne information à avoir pour la Commission».

-Question 363 (à Sarah Hunter, la responsable de Google au Royaume-Uni des politiques publiques): «Vous comprenez l’importance pour une société de sa réputation et de son image en terme de politiques publiques. Y-a-y-il la moindre inquiétude à la tête de Google sur le fait que vous êtes l’ennemi public numéro en ce qui concerne l’industrie innovante?»

-Question 848: «Vous êtes probablement au courant que la Commission a visité Google le mois dernier, ce que j’ai trouvé personnellement une expérience effrayante. C’est comme visiter une sorte de secte religieuse. J’ai à dire que c’est une société américaine qui fait des millions de livres de profits à partir de revenus publicitaires et de sites internet et le gouvernement lui donne gratuitement notre propriété intellectuelle. Vous pensez que c’est fondamentalement juste qu’une société comme Google, qui ne paye même pas le moindre impôt dans ce pays, qui ait un tel avantage sur les gens?»

-Question 889: «M. le Ministre, cette Commission a vu de première main l’arrogance de Google, que vous avez probablement vu également, quand nous avons été aux Etats-Unis, mais aussi quand ils sont venus ici devant cette Commission. C’était juste de la pure arrogance de leur part. Le problème est que Google est devenu trop gros, trop puissante et trop influent et pas seulement pour le gouvernement anglais mais aussi pour le gouvernement américain. En tant que législateurs, nous ne pouvons pas ne pas faire tout ce qui est possible pour aider les gens piégés dans la bulle Google».

Slate.fr

Newsletters

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Qui a dit que le papier était sacré? Certainement pas Suzi LeVine. Cette américaine a pris ses fonctions d’ambassadrice en Suisse après avoir prêté serment en posant sa main sur un écran affichant une version numérique de la constitution...

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

Il y a un an, a été lancée Ruptly, une nouvelle agence de presse vidéo russe. Elle ressemble à une agence, avec 110 journalistes, venus de différents pays: Espagne, Grande-Bretagne, Russie, Pologne. Mais c'est en fait «Kremlin TV» explique Spiegel...

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Le 6 mai 1954, l’athlète britannique Roger Bannister brisait une des barrières majeures du sport en devenant le premier à courir un mile, cette distance tout sauf ronde (1.609,35 m, soit quatre tours de piste) mais mythique, en moins de 4 minutes....

Newsletters