Lu, Vu & Entendu / Life

Hitler savait que Hess allait proposer la paix au Royaume-Uni

Temps de lecture : 2 min

Nazi Eagle Crest. Simon Q via Flickr CC License by.
Nazi Eagle Crest. Simon Q via Flickr CC License by.

Et si les nazis avaient quitté l’Europe de l’Ouest pour se concentrer uniquement sur l’URSS sous le regard bienveillant d’une Grande-Bretagne neutre? Ce sont là les termes d’un accord de paix connu et proposé par Rudolf Hess le 10 mai 1941. Mais contrairement à ce qu'il a toujours affirmé, Hitler aurait été au courant des actes d'Hess et les aurait même orchestré, rapporte le Telegraph.

L’historien Peter Padfield, dans son livre Hess, Hitler and Churchill: the real turning point of the second World War – A secret history (le véritable tournant de la Seconde Guerre mondiale – Une histoire secrète) explique que le traité proposait un état de «wohlwollende Neutralitat» soit «neutralité désirée» entre les Britanniques et les Allemands. D’après le document, la date de l’attaque, alors imminente, d’Hitler contre l’Est aurait même été révélée.

A l’époque, le traité et la participation d'Hitler auraient été étouffés car cela aurait ruiné les efforts de Churchill pour impliquer les Etats-Unis dans la guerre, détruit sa coalition de gouvernements européens exilés et affaibli sa position en Grande-Bretagne. Hess est alors emprisonné dans la tour de Londres avant d’être jugé lors du procès de Nuremberg en 1946.

Les débris du Messerschmitt Bf 110 de Hess. Imperial War Museum via Wikimedia Commons.

Au vu de l’échec de la mission, Hitler prétend alors que Hess est devenu fou et a agi en renégat. L’historien Joachim Fest dans son livre Les Maîtres du IIIe Reich y voyait alors une «désobéissance constructive » de Hess, estimant que l’homme avait agi de sa propre volonté, sans l’accord du Führer.

Une théorie que vient complètement contredire Padfield. L'historien s'appuie sur les témoignages de traducteurs ayant eu accès au document:

«Ce n’était pas un complot renégat. Hitler a envoyé Hess et il a ramené avec lui un traité de paix très détaillé pour l’Allemagne concernant l’évacuation de tous les pays occupés à l’Ouest.»

Ce n’est pas la première fois que cette théorie fait son apparition. En 2011, un document de 28 pages a été découvert dans les archives russes rapportant qu’Hitler était au courant de la mission, précise le Daily Mail. Ecrit en 1948 par le Major Karlheinz Pintsch, longtemps adjudant de Hess, il mentionne qu’Hitler souhaitait «qu’un accord avec les Anglais aboutisse».

Dans les mêmes archives, l’interrogatoire de Pintsch montre qu’Hitler n’était pas surpris en apprenant l’arrestation de son représentant officiel. Le Führer aurait alors lu à voix haute un passage d'une lettre envoyée par Hess:

«Et si le projet… se termine par un échec… il vous sera toujours possible de nier toute responsabilité. Dites simplement que j’avais perdu mes esprits.»

Plus récemment, au début du mois de septembre, un document de 300 pages rédigés par Hess pendant sa détention à Londres a refait surface avant d'être mis sans succès aux enchères. Les termes de l'accord de paix présenté à Churchill y sont inclus, mais quant à savoir si ceux sont proposés par Hitler, c'est un mystère.

Laszlo Perelstein

Newsletters

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Prêter serment sur une tablette numérique, c'est possible

Qui a dit que le papier était sacré? Certainement pas Suzi LeVine. Cette américaine a pris ses fonctions d’ambassadrice en Suisse après avoir prêté serment en posant sa main sur un écran affichant une version numérique de la constitution...

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

La Russie est en train de remporter la guerre de la propagande. Sauf en France.

Il y a un an, a été lancée Ruptly, une nouvelle agence de presse vidéo russe. Elle ressemble à une agence, avec 110 journalistes, venus de différents pays: Espagne, Grande-Bretagne, Russie, Pologne. Mais c'est en fait «Kremlin TV» explique Spiegel...

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Le 6 mai 1954, l’athlète britannique Roger Bannister brisait une des barrières majeures du sport en devenant le premier à courir un mile, cette distance tout sauf ronde (1.609,35 m, soit quatre tours de piste) mais mythique, en moins de 4 minutes....

Newsletters