Science & santéLife

Pourquoi aime-t-on écouter de la musique triste?

Maïlys Masimbert, mis à jour le 24.09.2013 à 17 h 51

Dog looking at and Listening to a phonograph Beverly via FlickrCC Licence by

Dog looking at and Listening to a phonograph Beverly via FlickrCC Licence by

Quand la chanteuse Adele raflait tous les prix pour son tube Someone Like You, on avait essayé de comprendre pourquoi cette musique faisait pleurer. Avec six Grammys remportés en 2012, dont celui de la meilleure performance solo, sa chanson a fait un carton à travers le monde, preuve qu’aimer écouter de la musique triste est un phénomène répandu. Oui, mais pourquoi?

Des chercheurs de l’université de Tokyo ont tenté de répondre à cette question et expliquent les résultats de leur étude dans un article du New York Times. Avant toute chose, ils ont fait la différence entre «émotion ressentie», celle qu’un auditeur ressent lorsqu’il écoute une musique; et «émotion perçue», c’est-à-dire celle que le morceau essaye de transmettre d’après l’auditeur.

Pour déterminer ces deux types d’émotions, ils ont fait écouter des musiques tristes et joyeuses à 44 personnes. Elles devaient ensuite répondre à des questions sur ce qu’elles ressentaient en écoutant ces morceaux –émotion ressentie–, et sur ce «qu’une personne normale ressentirait en écoutant cette musique» –émotion perçue.

Résultat, «les émotions ressenties ne correspondaient pas exactement aux émotions perçues». Pour un morceau tragique, les personnes n’ont pas ressenti l’émotion aussi fort qu’elles l’avaient perçue. En revanche, c’est l’inverse qui se produit lorsque les cobayes écoutent de la musique triste: ils se sentent romantiques et joyeux, plus fortement que ce qu'ils ont pu percevoir. 

 

Différence entre émotions perçues et ressenties. National Center for Biotechnology Information

Les chercheurs expliquent cet écart avec le concept des «émotions par procuration», une notion qu’ils disent vouloir encore «étudier plus en avant». Quand on écoute de la musique triste, on ressent la même peine que lorsqu’on perd son chien, sans qu’il soit mort pour autant. Ce qui revient finalement au même que le concept de catharsis développé par Aristote il y a plus de 2.000 ans…

Bon. Mais pour ceux d’entre vous qui voudraient des résultats plus concrets et compréhensibles, il y a la théorie de David Huron, chercheur américain, qui repose sur une hormone: la prolactine, développée en grande quantité lorsqu’on a du chagrin, explique Première.fr. Elle ne serait pas présente en même quantité dans nos organismes et après des prises de sang, le chercheur aurait abouti à cette conclusion: ceux qui ont le plus haut taux de prolactine dans le sang sont ceux qui aiment écouter des musiques tristes.

La prolactine, explique le chercheur dans les colonnes du San Francisco Classical Voice, c’est «comme Mère Nature qui vous prend dans ses bras, vous console et dit ”voilà voilà, c’est fini”».

Par exemple: vous écoutez Someone Like You, votre cerveau sent que quelque chose cloche, enclenche le mode chagrin, et vous balance une dose de prolactine pour vous sentir mieux. Sauf qu’en fait tout va bien, mis à part le fait que vous écoutez une musique connue pour faire pleurer.

«A ce moment-là vous avez la production de prolactine sans la douleur psychique. Donc à la fin de journée vous vous sentez plutôt bien», explique le chercheur. Voilà pourquoi on aimerait écouter de la musique triste. Et pour ceux qui ne ressentent rien, c’est juste que vous n’avez pas reçu de dose suffisante.

Reste plus qu’à savoir quelle théorie vous préférez maintenant. 

Maïlys Masimbert
Maïlys Masimbert (106 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte