GTA V: la scène de torture qui ne passe pas (VIDEO)

Capture d'écran de YouTube

Capture d'écran de YouTube

Il aura fallu deux jours avant que les polémiques sur la violence gratuite du jeu GTA V éclatent. Soit une éternité pour le dernier opus d’une franchise qui symbolise depuis plus de 15 ans le débat sur le lien entre la violence dans les jeux vidéo et celle dans la vrai vie (on entend et lit beaucoup de bêtises à ce sujet, mais il n'y a toujours pas de consensus au sein de la communauté scientifique sur la question).

C’est donc une scène de torture qui aura cette fois-ci attiré l’attention des associations et des médias sur le jeu qui a rapporté 800 millions de dollars en 24 heures le jour de sa sortie: le personnage que le joueur incarne, le criminel Trevor Philipps, reçoit l’ordre du FBI de torturer un terroriste présumé pour lui soutirer des informations, rapporte The Guardian. Le joueur, qui doit finir la mission afin de pouvoir progresser dans le jeu, doit choisir entre un marteau et des câbles électriques pour mener à bien sa mission, dans laquelle il peut notamment arracher des dents à sa victime. Si son cœur s’arrête, le joueur peut le faire repartir avec une dose d’adrénaline.

Keith Best, le directeur de l’ONG Freedom from Torture, a déclaré:

«Rockstar North a franchi une ligne en forçant les gens à prendre le rôle d’un tortionnaire et à effectuer une série d’actes indescriptibles s’ils veulent progresser dans le jeu. […] La torture est une réalité, pas un jeu, et la rendre glamour dans la culture populaire annule le travail d’organisations comme Freedom from Torture et d’activistes qui y ont survécu et qui font campagne contre ça.»

Pour vous faire votre propre idée, voici la scène (à ne pas regarder si vous êtes sensible, ou si vous voulez éviter tout spoiler):

Le jeu, qui est déconseillé aux moins de 18 ans en France (et même interdit légalement en dessous d’un certain âge, comme les films, dans certains pays comme les Etats-Unis), perpétue donc la tradition polémique de la franchise, qui n’est d’ailleurs pas la première à encourager ses joueurs à torturer dans un monde virtuel. Il y a quelques mois, les créateurs du dernier Splinter Cell ont retiré une scène de torture active du jeu, qui avait fait polémique après avoir été montrée à un salon avant sa sortie.

Mais selon The Guardian, GTA V fait face à un nouveau type de critiques: certains spécialistes estiment qu’il n’a pas su garder l’esprit cynique et satirique des épisodes précédents.

Carolyne Petit, du site spécialisé Gamespot, s’est ainsi élevée contre une scène jugée sexiste où le joueur doit peloter des strip-teaseuses dans un bar sans attirer l’attention des videurs:

«Oui, il s’agit d’exagérations de tendances misogynes dans notre propre société, mais elles ne sont pas satiriques. Sans rien dans le récit qui souligne l’aspect fou et mauvais de ce comportement, le jeu ne fait que renforcer et faire l’apologie du sexisme.»