LifeTech & internet

Une appli pour créer une base de données mondiale de nos rêves

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 18.09.2013 à 11 h 20

Shadow: page de présentation Kickstarter

Shadow: page de présentation Kickstarter

Shadow est une nouvelle Appli qui veut fédérer «la communauté des rêveurs» et aider ces derniers à «se souvenir de leurs rêves et à les enregistrer». L’idée sous-jacente est, comme l’écrit The Atlantic, de construire une base de données des rêves.

Concrètement, il s’agit d’un simple réveil, avec des sons qui doivent vous réveiller graduellement et en douceur pendant une période de 5 à 30 minutes, de manière à préserver l’état dans lequel vous avez le plus de probabilité de vous souvenir de votre rêve. Ce qui est l’inverse d’un réveil classique puisque, comme l’écrit Hunter Lee Soik, le fondateur du projet sur la page Kickstarter de la future appli, «nous oublions 95% de nos rêves dans les cinq minutes qui suivent notre réveil».

Et en bon data-obsessionnel, il précise dans The Atlantic que c’est l’équivalent d’«un jeu de données que nous oublions chaque nuit». Le quotidien détaille le fonctionnement de l’appli:

«Dès que l’utilisateur arrête l’alarme, un micro entre en action et l’utilisateur peut raconter son rêve, que l’appli transformera alors en texte. L’appli en extraira ensuite des mots-clés, et enverra le contenu du rêve sur le cloud.»

Une fois le rêve archivé, l’utilisateur décidera jusqu’où il accepte de partager ce contenu, de son cercle d'amis restreint à la communauté plus vaste des utilisateurs dans le monde. Plutôt que le «quantified self», mode consistant à tout quantifier et mesurer de sa vie quotidienne à l’aide de capteurs, Shadow développe un discours marketing plus proche des racines du New age en parlant de «understood self» ou compréhension de soi: plus on enregistre ses rêves, plus l’appli nous aidera à les comprendre, nous promet-on.

Le tout agrémenté, en conclusion de la présentation de l'appli, d’une citation de John Lennon:

 «Un rêve que vous faites seul est juste un rêve. Un rêve partagé, c’est la réalité.»

Shadow affirme également avoir rassemblé «un groupe génial de thésards et de chercheurs spécialisés dans le rêve, pour (les) conseiller et aider Shadow à prendre forme». Ces chercheurs pourraient, grâce à une base de données aussi riche, savoir «à quoi rêve le monde», poursuit Hunter Lee Soik.

La future start-up, qui a déjà récolté un peu plus de 13.000 dollars (9.738 euros) sur Kickstarter, en espère 50.000 (37.454 euros) pour se lancer dans la science des rêves.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte