Science & santéLife

La Réunion, Guadeloupe, Guyane: la bataille du sucre

Harry Eliezer, mis à jour le 23.09.2013 à 6 h 37

Le surpoids, l’obésité et le diabète atteignent des niveaux record dans les DOM comparativement à la situation de l’Hexagone. La faute à des traditions alimentaires et industrielles bien ancrées.

Sur un marché en Guadeloupe / Tryoguest via FlickrCC License by

Sur un marché en Guadeloupe / Tryoguest via FlickrCC License by

DOM 1-Sucre 0. Peu de gens le savent en France métropolitaine, mais les départements d’outre-mer mènent contre l’obésité et le diabète une guerre longue et difficile. Et inégale. La faute à des teneurs en sucre explosives dans les aliments qui sont vendus dans les départements d’Outremer. Claudine Robert-Hoarau[1], diététicienne-nutritionniste à Saint-Denis de La Réunion donne quelques exemples:

«Selon une étude effectuée par l’ARS et la DAAF[2], les “tonics et bitters” auraient une teneur en sucre à la Réunion de plus 28% que celle contenue dans les produits fabriqués en Métropole et les yaourts aux fruits de +12%.»

Des écarts qui pouvaient osciller entre 34,66% et 48,59% sur un produit tel que le Fanta orange[3].

L’adoption, en mai dernier, d’une loi visant à aligner le taux de sucre des aliments sur celui de la Métropole s’avère donc une étape décisive dans ce combat. Toutefois, pour que la victoire soit complète, il faut parvenir à modifier des pratiques et des habitudes ancrées depuis des décennies.

Pourquoi les produits sont-ils plus sucrés?

Comme nous le rappelle la députée guadeloupéenne Hélène Vainqueur-Christophe[4] «il n’existait aucune loi, ni en France métropolitaine, ni dans les départements d’outre-mer, réglementant le taux de sucre dans les aliments ou encore les dates de péremption. Il y avait simplement des pratiques [...] Ce texte obligera les industriels à baisser le taux de sucre de tous les produits». Dans la mesure où les usages des industriels sont fréquemment différents dans les départements d’outre-mer, les produits de consommation courante avaient une concentration en sucre supérieure à celle des mêmes produits de mêmes marques vendus en France hexagonale.

Pour expliquer l’importance de ces écarts, tout le monde y va de son interprétation: «C’est peut-être dû au fait que nous sommes producteur de sucre. Nous avons donc une relation au sucre différente que les pays qui n’en produisent pas», suppose la diététicienne-nutritionniste guyanaise Armide Lafortune. Pour Claudine Robert-Hoarau, «deux raisons expliquent cette différence. La première est liée à des contraintes industrielles: La Réunion ne produisant pas assez de lait, le recours au lait reconstitué à base de lait en poudre est nécessaire. De ce fait, la teneur en lactose est plus importante et par là même la teneur en glucides sur le produit fini. La deuxième se situerait au niveau gustatif, des tests d’acceptabilité ayant été effectués sur des consommateurs».

Et la députée guadeloupéenne Hélène Vainqueur-Christophe de rappeler l’argument que les industriels aiment à lui répéter:

«Bien que départements français, les Antilles-Guyane sont dans la zone Amérique et celle-ci répond à des normes particulières.»

Comment expliquer dans ce cas que Mayotte et La Réunion aient pu constater des écarts équivalents?

Le surpoids, l’obésité et le diabète atteignent des niveaux record dans les DOM comparativement à la situation de l’Hexagone. Selon une enquête menée par l’ARS sur des enfants de CM2 pour l’année scolaire 2011-2012,  26,2% d’entre eux sont en surpoids contre 19,7% en France métropolitaine et 8,7% en situation d’obésité contre 3,7% en Métropole.

D’autre part, un adulte sur deux serait en surpoids ou obèse à la Réunion. Aux Antilles-Guyane, la situation est quasiment équivalente. En 2009, on recensait 9,3% d’obèses chez les 5-14 ans en Martinique, 8,9% en Guadeloupe et 6,4% en Guyane. Quant aux taux de prévalence du diabète, ils sont également plus élevés dans les DOM avec notamment 8,8% à La Réunion en 2009 contre 4% pour la moyenne française[5].

Toutefois, Claudine Robert-Hoarau réfute l’idée que le sucre puisse être à lui seul responsable de ce fléau:

«Ce n’est pas un produit particulier qui est à l’origine du diabète et de l’obésité mais l’alimentation globale associée à d’autres facteurs. L’obésité est une maladie multifactorielle. Il s’agit d’une interaction entre le facteur génétique et les facteurs environnementaux, c'est-à-dire une alimentation trop riche et un manque d’activité physique.»

Alors, plus de cari ou d'accras?

Bien sûr, il n’est nullement question de dire adieu à un bon cari, aux accras, aux samossas, ni même aux nombreux plats en sauce ou encore aux sorbets coco, aux tourments d’amour et au ti punch... Non, le défi consiste à conserver ces traditions mais avec le souci de l’équilibre et de la modération. Selon Armide Lafortune, «il s’agit de réconcilier les pratiques culturelles et les besoins vitaux en sucre».

S’il est vrai que la loi va dans le bon sens en englobant tous les produits fabriqués par l’industrie agro-alimentaire y compris les préparations locales, les diététiciens restent mesurés quant à son impact sur la santé publique: «Je ne pense pas qu’elle aura un impact direct sur la réduction de l’obésité, mais elle permet une sensibilisation au problème», explique Armide Lafortune. Pour sa part, Claudine Robert-Hoarau affirme:

«Cette loi ne change en rien ma pratique […] Un produit sucré (qu’il soit plus ou moins sucré) reste un produit sucré qu’il faut apprendre à consommer. Il est donc nécessaire de modifier les comportements et les habitudes alimentaires tout en gardant le plaisir de manger. C’est ce que je préconise à mes patients[6]».

Aussi, la nécessaire réforme du bol alimentaire est en marche; à pas lents certes, mais en marche. Il semblerait que les instances régionales aient parié sur l’éducation du jeune public. En Guyane, par exemple, «des actions sont faites auprès des écoles pour sensibiliser les enfants». «En Guadeloupe, nous dit Hélène Vainqueur-Christophe, des programmes d’éducation à l’alimentation sont mis en place par la région dans le cadre scolaire mais aussi associatif» et à La Réunion «l’Agence de santé de l’Océan Indien a entrepris de mettre en place de nouvelles mesures pour favoriser une alimentation plus équilibrée en restauration scolaire où l’obésité infantile est préoccupante», nous indique Claudine Robert-Hoarau.

En attendant que s’installent de meilleures habitudes alimentaires, les industriels s’activent pour proposer des produits moins sucrés. Au passage, puisque la loi l’exige désormais, ils devront mettre fin à ce que Hélène Vainqueur-Christophe appelle une «arnaque alimentaire». Les dates de péremption des aliments qui pouvaient selon la député «atteindre jusqu’à trois cents jours de différence» devront désormais être alignées sur celles de la Métropole. Le mois prochain, la DGCCRF se verra confier la mission de sanctionner les éventuels contrevenants.

Harry Eliezer

[2] ARS: Agence Régionale de la Santé – DAAF: Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de la Réunion. Retourner à l'article

[3] Rapport de la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale du 28 septembre 2011. Retourner à l'article

[4] Maire de la commune de Trois-Rivières et rapporteur du projet de loi voté le 21 mai 2013. Retourner à l'article

[5] Source: Institut de Veille Sanitaire – novembre 2010. Retourner à l'article

[6] in Diététique gourmande, les bons réflexes pour une alimentation équilibrée. Retourner à l'article

 

Harry Eliezer
Harry Eliezer (9 articles)
diabèteobésitésucreDOM
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte