Tech & internetLife

Twitter entre en Bourse: pourquoi l'entreprise vaut autant d'argent

Will Oremus, mis à jour le 13.09.2013 à 10 h 54

En résumé, Twitter n’amasse pas des tonnes d’argent aujourd’hui, mais a le potentiel pour devenir un bien plus gros acteur dans les années à venir, au fur et à mesure que le marché mobile grandit.

REUTERS/Dado Ruvic

REUTERS/Dado Ruvic

Comme on s’y attendait depuis un petit moment, Twitter va entrer en Bourse. Pas besoin de préciser que le réseau social a annoncé la nouvelle sur Twitter, avec cinq caractères de moins que le maximum autorisé:

L’introduction en Bourse devrait être la plus importante du secteur high-tech depuis celle de Facebook, en mai 2012. Des analystes ont estimé que Twitter valait 10 milliards de dollars plus tôt cette année, et l’entreprise pourrait valoir un peu plus encore aujourd’hui.

Mais comme le note mon collègue Matt Yglesias, le fait que Twitter ait opté pour une procédure confidentielle, qui lui permet de publier moins d'informations sur ses comptes, sous-entend que ses revenus annuels n’ont pas encore atteint le milliard de dollars.

Sur le modèle de Facebook et d’autres entreprises Internet dont la fortune dépend d’une énorme base d’utilisateurs, Twitter a fait attention à la manière de monétiser son service, avec peu de publicités sur le site. Alors comment l’entreprise réussit-elle à gagner de l’argent, et pourquoi en vaudrait-elle autant?

Vente de pubs très ciblées

Comme Facebook, Twitter gagne de l’argent principalement en vendant des publicités, qui acquièrent beaucoup de leur valeur via la possibilité pour les marques de cibler des groupes spécifiques d’utilisateurs. L’avantage de Facebook sur Twitter est son échelle: Facebook a environ 1,15 milliard d’utilisateurs, contre quelque chose comme 200 millions pour Twitter.

Mais l’avantage de Twitter réside dans son sens de l’à-propos et son actualité. On va sur Facebook comme on peut, quand on a le temps. Les utilisateurs de Twitter ont tendance à utiliser leur réseau social de façon plutôt active, et en lien avec des évènements spécifiques comme des émissions de télés, du sport, des concerts et pour suivre l’actualité brûlante. Les publicitaires peuvent donc façonner des pubs, non seulement selon les goûts généraux d’un utilisateur et son profil démographique, mais encore selon ce que cet utilisateur fait au moment précis où il voit la pub.

Le fait que l’entreprise a annoncé la nouvelle de sa propre introduction en Bourse via Twitter —et que l’info a été retweetée par des milliers de personnes en quelques minutes— souligne son rôle grandissant en tant que source mondiale d’actu en temps réel et d’analyse instantanée.

Le CNN de l'Internet

D’une certaine manière, Twitter est le CNN de l’Internet —la différence principale étant que CNN doit dépenser beaucoup d’argent pour produire son contenu, là où Twitter l’obtient gratuitement de ses utilisateurs. Une part disproportionnée de ces utilisateurs est, en fait, constituée de journalistes payés par d’autres entreprises, dont CNN.

Ils utilisent la plateforme de manière enthousiaste, limite addictive, afin de construire leur marque personnelle et d’attirer les lecteurs vers leurs propres sites. Le résultat, c’est que des analystes estiment la valeur de Twitter aujourd’hui à environ cinq fois plus que le New York Times, et que l’entreprise a le potentiel pour monter encore plus haut.

Le rôle de Twitter comme «deuxième écran», que les gens regardent en regardant la télé, est tout aussi important pour ses objectifs à court terme. Ce rôle donne aux publicitaires une chance d’agir lors d’un programme que des millions de personnes regardent, comme Oreo l’a fait cette année pendant le Super Bowl.

Le futur, c'est la télé

Dans le même temps, Twitter a acquis deux startups cette année, qui analysent l’activité sur les réseaux sociaux liée aux programmes télé Cela introduit la possibilité que Twitter puisse obtenir davantage de profits en fournissant des données très précises sur le public à des publicitaires télé.

En mai, l’entreprise a lancé une option qui permet aux publicitaires télé de cibler des utilisateurs de Twitter qui viennent de regarder leurs publicités. Cela trace un chemin clair pour les publicitaires, de la diffusion d’une publicité télévisée à l’obtention de clients potentiels pour leur site web —ou, peut-être, de vente directe d’un produit via Twitter.

Enfin, Twitter devrait être un gros acteur du monde en pleine croissance de la publicité mobile. Il y a seulement trois jours, l’entreprise aurait dépensé 350 millions de dollars pour acheter MoPub, la plateforme ad exchange mobile la plus importante du monde, qui permet aux publicitaires de cibler des utilisateurs sur leurs appareils mobiles.

L'entreprise la plus intéressante du moment

Cela pourrait sembler banal, mais dans un billet de blog mardi, l’ancien Facebooker Antonio Garcia a estimé que cela faisait de Twitter «l’entreprise la plus intéressante dans la pub en ce moment». Ce n’est pas rien comme affirmation, venant de l’homme qui a construit l’ad exchange de Facebook.

Lisez son billet en entier si vous aimez ce genre de sujets, mais pour vous le résumer, MoPub va donner à Twitter une plateforme à travers laquelle vendre des pubs mobiles qui ciblent les utilisateurs à partir de données collectées sur eux, depuis leurs ordinateurs de bureau, par Twitter. C’est énorme, parce que c’est le manque de données disponibles sur les téléphones mobiles des utilisateurs qui a rendu un tel ciblage difficile dans le passé.

En résumé, Twitter n’amasse pas des tonnes d’argent aujourd’hui, mais l’entreprise a le potentiel pour devenir un bien plus gros acteur dans les années à venir, en particulier au fur et à mesure que les gens continuent de lire leurs infos, de faire leur shopping et de réseauter sur leur téléphone.

Pour davantage d’informations sur l’évolution de Twitter et ses perspectives en tant qu’entreprise, lisez donc ce très complet article du New York Magazine. Il a été écrit il y a deux ans, ce qui revient à des siècles quand on compte en années Twitter, mais beaucoup de ses prédictions se sont révélées justes depuis sa publication.

Will Oremus

Traduit par Cécile Dehesdin

Will Oremus
Will Oremus (151 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte