Égalités / Life

Peine de mort: pourquoi les femmes sont moins condamnées que les hommes?

Temps de lecture : 2 min

Paris Die-In, July 2, 2008 / World Coalition Against the... via Flickr CC License By
Paris Die-In, July 2, 2008 / World Coalition Against the... via Flickr CC License By

Jodi Arias, une femme de 33 ans, a été jugée coupable en mai 2013 du meutre de son ex-compagnon, retrouvé mort en 2008 en Arizona, portant les marques de multiples coups de couteau et d'une balle dans la tête. Le jury n'a cependant pas encore statué sur la peine, et une audience déterminante est attendue le 16 septembre. Elle risque la peine de mort.

L’occasion pour Business Insider de se pencher sur la rareté des jugements de peine de mort impliquant une femme.

A cela, il y aurait deux explications.

Entre 2000 et 2010, note Business Insider, les Américaines ont été reconnues coupables d'un peu moins d'un meurtre sur dix, et elles n'ont été «que» 2% à se retrouver dans le couloir de la mort. Mais 35% des meurtres de conjoint étaient le fait de femmes. Or les juges et les jurés n’appréhendent pas les affaires de crimes de proches de la même manière que les autres. Ils considèrent que ces meurtres sont souvent la conséquence malheureuse ou ultime de disputes au sein du couple, une violence qui ne se reproduira pas plus tard et qui justifie une certaine clémence.

Le second facteur concerne la manière dont les tribunaux jugent les femmes. La perception d’une psyché féminine plus «fragile» peut ainsi contrebalancer des circonstances par ailleurs aggravantes. Comme l’expliquait en 2010 le professeur de droit Victor Streib au Los Angeles Times, «il est tout simplement plus facile de convaincre un jury du fait que les femmes souffrent plus que les hommes de détresse émotionnelle».

Newsletters

Comment notre apparence physique influe sur notre carrière

Comment notre apparence physique influe sur notre carrière

Slate.fr publie les bonnes feuilles de l'ouvrage collectif «Psychologie des beaux et des moches», dirigé par Jean-François Marmion.

Violences policières: George Floyd, Adama Traoré... même combat?

Violences policières: George Floyd, Adama Traoré... même combat?

L'indignation quasi mondiale après la mort d'un Américain noir tué par un policier blanc résonne aussi en France.

Le privilège blanc a tout à voir avec notre histoire

Le privilège blanc a tout à voir avec notre histoire

Adolescente, je pensais que discriminer les gens sur leur couleur était dégueulasse. Ce qui ne m'était pas encore venu à l'esprit, c'était de penser que j'étais blanche.

Newsletters