Tech & internetLife

Les stars des médias créent des comptes twitter pour leurs nouveaux-nés

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.09.2013 à 11 h 07

Twitter Eggs at OSCON / Garrett Heath via Flickr CC License by.

Twitter Eggs at OSCON / Garrett Heath via Flickr CC License by.

Le New York Magazine publie un article sur les pratiques surprenantes du microcosme des journalistes célèbres de la télé américaine:

«Dans le monde incestueux des médias sur Twitter, les comptes d’enfants —créés, maintenus et animés par leurs parents— deviennent la norme, grâce, à part égale, à la fierté de leurs parents et à la paranoïa liée aux nouvelles technologies».

Darren Rovell, spécialiste du business sportif sur ABC News, 386.866 followers au compteur, explique ainsi dans le Daily Intelligencer:

«C’était une stratégie simple. Avant d’annoncer son nom à des gens sélectionnés, j’ai enregistré le nom [de mon fils] sur Gmail, son point com et son twitter. C’était juste un investissement en capital intellectuel»

Dan Abrams, de l’émission Nightline sur ABC (51.867 followers), est aussi dans ce cas. Son fils Everett, 1 an, a déjà 648 followers, 52 tweets à son actif, sans oublier la bio gentiment ironique le décrivant ainsi: «Bébé et social media addict». «Si Twitter est encore un truc important quand il grandira, nous lui transfèrerons» son compte, explique le journaliste.

Jenna Wolfe, 58.610 followeurs, correspondante de l’émission Today, et Stephanie Gosk, correspondante à NBC, 12.356 followers, ont créé un compte pour leur fille dès ses deux semaines, avec déjà 6.282 followers.

Sur Slate.com, Amy Webb explique par ailleurs à quel point il est dangereux d’afficher ses enfants sur Facebook : ces parents «empêchent [leur enfant] d’avoir le moindre espoir d’une vie anonyme future», écrit-elle. Mais les journalistes stars semblent bien éloignés de ces préoccupations éducatives ringardes. Pour Darren Rovell, marquer le territoire de sa progéniture compte bien plus que lui donner le droit à une vie privée. Avec, bien entendu, les meilleures intentions du monde:

«Ce sont des outils que je n’avais pas quand j’ai grandi. C’est important d’avoir votre propre “point com” pour toute votre vie. Ca fait partie de votre marque.»

Réagissant à l'article, Alexandra Petry se demande ironiquement sur le Washington Post si «s'assurer que les premiers cacas [de nos enfants] seront préservés dans l'ambre de l'Interrnet pour le reste de leur vie» est vraiment une idée brillante.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte