Tech & internet / Life

Une intelligence artificielle pour apprendre à mieux converser

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la vidéo de présentation de MACH sur Youtube

Tout le monde n'est pas à l'aise quand il s'agit de parler en public et certains personnes ont parfois plus de mal que d'autres à communiquer.

C'est pour les personnes qui n'ont pas confiance en elles, ne sont pas sociables ou bien souffrent du syndrôme d'Asperger, que le MIT a mis au point un robot parlant [PDF] avec une intelligence artificielle dont le but est «d'aider à améliorer la conversation» des utilisateurs, rapporte The New Yorker.

Photo des deux «entraîneurs», issue de la présentation de l'étude.

Représenté soit par une jeune femme brune au regard bleu acier, soit par un jeune homme à la coupe courte et aux lunettes carés, le programme porte le nom de MACH pour «My Automated Conversation coacH». Grâce à une webcam et des calculs complexes, l'intelligence artificelle «vous donne l’impression que, “Hey, ce programme est en train de m’écouter”», explique Ehsan Hoque, le chercheur qui a dirigé sa création. Ainsi, il sourit quand la personne sourit, note les pauses, les hésitations et les prend en compte dans ce qu'il va dire.

Hoque précise au New Yorker avoir été approché par des membres de l'Asperger’s Association of New England à la recherche d’une technologie pour aider les personnes souffrant de ce syndrôme à surmonter leur handicap social. Récemment diplômé, le chercheur aimerait rendre son logiciel accessible en ligne et s’est mis en quête de fonds. Avec le travail de deux ou trois ingénieurs, il estime que «le développement devrait prendre entre six mois et un an». Des associations de soutien aux autistes et des compagnies privées ont déjà fait part de leur intérêt.

Laszlo Perelstein

Newsletters

Au Japon, une intelligence artificielle va aider les professeurs à détecter le harcèlement scolaire

Au Japon, une intelligence artificielle va aider les professeurs à détecter le harcèlement scolaire

Des technologies similaires sont déjà utilisées par les réseaux sociaux pour détecter le harcèlement en ligne.

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Cette directrice d’école lit une histoire du soir à ses élèves via Facebook live

Les «Tucked-in Tuesdays» de Belinda George connaissent un grand succès.

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

N'interagissez pas avec les marques sur Facebook, vous risqueriez de le regretter

Un projet de recherche a mis en évidence que les internautes rencontrent plus d’expériences négatives avec du contenu promotionnel que dans le cadre d’interactions interpersonnelles.

Newsletters